Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

La réussite au féminin : un prix parrainé par l’Initiative We-Fi récompense des reportages consacrés aux femmes entrepreneurs

Priya Basu's picture
Cette page en : English | العربية | Español
 
Amanda Burrell, Documentary Filmmaker. © World Bank
Amanda Burrell, documentariste, recevant le prix. © 2018 One World Media Awards

En Jordanie, l’initiative Water Wise Women place les femmes au cœur de la lutte contre les problèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement. Comment ? En formant plus de 300 Jordaniennes à la plomberie. Ce programme piloté par l’Allemagne a permis de créer une coopérative féminine qui répond désormais à des appels d’offres pour des contrats dans des écoles, des mosquées et des organismes publics.

Al Jazeera a consacré un reportage (a) à ces femmes qui parviennent non seulement à briser les stéréotypes en réussissant dans un secteur dominé par les hommes, mais aussi à diffuser diverses techniques de gestion de l’eau au sein de leur communauté.

Le programme Water Wise Women dispense des formations axées à la fois sur la lutte contre les fuites d’eau et l’amélioration des conditions d’hygiène. Les femmes qui ont suivi cette formation reçoivent des outils et des fonds pour transmettre leurs connaissances et sensibiliser au moins 20 à 25 femmes supplémentaires.

Le reportage d’Al Jazeera vient d’être récompensé par le « Women Entrepreneurs Journalism Award », un prix décerné dans le cadre de l’édition 2018 des One World Media Awards et parrainé par l’Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneurs (We-Fi). C’est la première fois que les One World Media Awards récompensent spécifiquement des travaux de journalisme consacrés aux femmes entrepreneurs dans les pays en développement. Cette catégorie regroupe tous les types de reportage (télévision, radio, en ligne ou papier) qui ont vocation à illustrer les succès féminins dans l’entrepreneuriat, les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes qui souhaitent créer ou développer leur entreprise, et/ou le rôle essentiel que jouent les entrepreneuses dans le développement économique en contribuant à la croissance et à la création d’emplois. 

Les autres finalistes ont mis en lumière des solutions innovantes à des problèmes allant de la passation des marchés aux droits de propriété :

  • « Between the Devil and the Deep Blue Sea », un article de Lisa De Bode pour le World Policy Journal (a), raconte l’histoire de Flower Msuya, botaniste, professeure et dirigeante d’une entreprise de production durable d’algues sur l’île de Zanzibar. Flower espère que son activité servira de modèle aux autres pays d’Afrique désireux de se tourner vers ce secteur lucratif. 
  • « The 51%: Boosting the Number of African Women Entrepreneurs » est un reportage (a) de France 24 consacré au premier forum « Women in Africa » à Marrakech. L’accès aux droits de propriété est l’une des principales difficultés auxquelles sont confrontées les femmes entrepreneurs en Afrique : cela les empêche, notamment, d’obtenir les financements nécessaires pour lancer ou développer une entreprise. Le reportage montre des productrices de cacao déterminées à changer les choses en s’attaquant au système des droits fonciers en Côte d’Ivoire. 
L’Initiative We-Fi est fière de soutenir ce prix, qui met en valeur le rôle que les médias peuvent jouer pour montrer non seulement les difficultés que les femmes doivent affronter pour lancer et développer une entreprise, mais aussi des exemples de femmes qui sont parvenues à surmonter des obstacles considérables et sont à la tête d’entreprises prospères. Ces histoires sont stimulantes en elles-mêmes et par le message qu’elles portent : elles transmettent des informations essentielles pour créer une entreprise lorsque l’on est une femme et que le contexte est difficile
The three One World Media finalists for We-Fi’s Women Entrepreneurs Reporting Award.
Les trois productions finalistes du Women Entrepreneurs Reporting Award aux One World Media Awards 2018.

 

Les objectifs de l’Initiative We-Fi

Les finalistes du Women Entrepreneurs Journalism Award l’ont bien montré : les femmes entrepreneurs des pays en développement se heurtent à des obstacles considérables pour lancer ou développer leur PME. Elles sont souvent exclues du système financier et pénalisées par un environnement commercial et réglementaire défavorable et par leur manque d’accès aux réseaux, à l’information et aux marchés à forte valeur ajoutée.
 
L’Initiative We-Fi (a), qui est opérationnelle depuis les Assemblées annuelles de la Banque mondiale d’octobre 2017, a pour objectif de mobiliser à la fois les pouvoirs publics et le secteur privé en vue d’ouvrir de nouveaux horizons aux entrepreneuses du monde en développement. Ce partenariat multipartite et à grande échelle, absolument sans précédent, entend s’attaquer à l’ensemble des obstacles auxquels se heurtent les femmes entrepreneurs grâce à des solutions globales et durables. Son plan d’action en faveur de l’autonomisation économique des femmes est crucial pour le Groupe de la Banque mondiale et son double objectif visant à mettre fin à la pauvreté et à promouvoir une prospérité partagée.  
 
L’Initiative We-Fi, qui est parvenue à mobiliser plus de 340 millions de dollars grâce aux contributions de 14 bailleurs de fonds, s’attachera à maximiser ces financements au service du développement : chaque dollar de don apporté à l’initiative doit permettre de lever entre 4 et 5 dollars supplémentaires auprès du secteur privé et d’autres sources de financement. Elle soutiendra des activités conçues pour faire tomber toutes les barrières qui s’opposent à l’entrepreneuriat féminin dans les pays en développement.

Lors des dernières Réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale et du FMI, soit six mois seulement après sa création officielle, l’Initiative We-Fi a annoncé ses premières allocations de fonds. Ce premier cycle de financement concerne des programmes et des projets qui seront mis en œuvre par trois institutions financières : la Banque islamique de développement, la Banque asiatique de développement et le Groupe de la Banque mondiale. 

Cette enveloppe de 120 millions de dollars devrait permettre de lever plus de 1,6 milliard de dollars de financements supplémentaires en direction de programmes qui aideront les PME détenues ou dirigées par des femmes à accéder aux financements, aux marchés et aux technologies, tout en contribuant à l’amélioration de l’environnement politique et réglementaire. En outre, 58 % des premières allocations iront à des pays admis à bénéficier de l’aide de l’Association internationale de développement (IDA) et à des pays en situation de fragilité ou touchés par un conflit ou des violences. L’Initiative We-Fi devrait donc aller au-delà de son engagement initial, qui visait à consacrer la moitié de son portefeuille à ces catégories de pays.

En s’attaquant aux obstacles financiers et non financiers qui pénalisent les PME féminines, l’Initiative We-Fi peut permettre aux femmes entrepreneurs de réaliser pleinement leur potentiel, et contribuer ainsi à une croissance économique inclusive, à la création d’emplois et à la réduction de la pauvreté pour tous.
   

Liens utiles

Commentaires

Soumis par tsetse kossi le

entreprenariat en afrique confronte d enorme problemes,chez les femmes ainsi que chez les hommes.
-les credits ne sont pas accordes au momment opportun.
-le montant demande n est pas accorde....

Vos questions et commentaires (soumis à modération)

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.