Syndicate content

Des écoles modernes à l'ère de la modernité

Tigran Shmis's picture

Disponible en : English | Español
développement d'écoles modernes en Russie

Une journée au jardin d'enfants peut être éclairante pour un adulte. Je vais vous dire pourquoi.

L'école en question est ce que nous appelons dans la Fédération de Russie (r) une « école inclusive » : un jardin d'enfants traditionnel qui accueille des enfants ayant des besoins particuliers, mais participant aux mêmes ateliers et programmes que les autres. Et ça marche ! Cet établissement qui ne différencie guère les enfants ayant des besoins spécifiques des autres a ouvert ses portes en 2011. Les deux groupes partagent la même classe, s'assoient à la même table et participent aux mêmes activités. Peu d'établissements dans le monde font le choix de cette pédagogie.

Ce modèle inclusif, même s'il ne fait pas figure d'exception, est encore rare. Mais, outre son originalité, pourquoi est-il si exceptionnel en Russie ?

Cette école s'inscrit dans une démarche plus large qui vise à moderniser et intégrer les jardins d'enfants russes (a) dans un souci d'économies budgétaire et énergétique, alors que la demande pour de telles infrastructures est en hausse.

Le modèle qui prédomine est celui des maternelles standard, et je dois dire qu'enfant je m'en serai bien contenté… Ici, l'école est lumineuse, organisée et neuve. Il y a même une piscine ! Si le modèle d'école inclusive se démarque par l'intégration d'écoliers ayant des besoins particuliers aux activités quotidiennes, les établissements traditionnels se reconnaissent eux par leur architecture et leur conception.

Les parents y jouent un rôle actif et suivent les progrès de leur enfant. C'est un bon indicateur : il est en effet vital qu'ils accordent du prix à ces nouveaux équipements où l'on invite à la tolérance et l'on favorise un environnement polyvalent.

La Russie construit davantage de ces nouveaux établissements. Cependant, ce programme n'a pu voir le jour plus tôt. Le pays se heurte à un manque considérable d'espace et de prestataires de services pour les enfants en âge d'être scolarisés. La rigidité de la réglementation actuelle empêche les municipalités d'innover et les soumet à des exigences désuètes.

Pour surmonter ces obstacles, les décideurs politiques russes se sont adjoint le concours de la Banque mondiale, dans le but de formuler des propositions concrètes pour renforcer l'éducation des jeunes enfants, accroître l'accès aux prestations éducatives et veiller à la qualité de l'enseignement dispensé. Nous espérons aboutir ainsi à un système plus souple, efficace et centré sur l'enfant.

Ce déplacement dans les écoles, début juin, entrait dans le cadre d'un séminaire international (a) consacré à la conception d'environnements propices à l'apprentissage pour les services d'éducation et de soins dédiés à la petite enfance.

La plupart des intervenants ont convenu d'une chose : les espaces consacrés aux enfants doivent être ouverts et dotés d'un fonctionnement transparent, et privilégier la créativité et la motricité. L'interaction sociale entre enfants ne nécessite pas d'espaces importants, de dizaines de salles de classe ni un programme planifié. Elle demande un environnement libre et sécurisé, où l'on encourage les enfants à découvrir les domaines qui les intéressent.

En 2011, seuls 61 % des enfants russes étaient inscrits à la maternelle. Dans les pays plus développés, ce taux approche les 90 %. La Russie travaille à cet objectif. Certaines régions œuvrent à la création de systèmes destinés aux enfants d'âge préscolaire. En Yakoutie (a), par exemple, 200 millions de dollars sont consacrés à l'élaboration d'un système de maternelle équilibré. Le projet prévoit la construction et la reconstruction de plus de 90 établissements, dans un souci de modernisation et de rentabilité. Ces fonds serviront également à actualiser les cursus scolaires et à former les enseignants et le personnel administratif.

Avec l'initiative « Education of the Capital », Moscou s'est doté d'un programme prévoyant de créer 42 000 places en maternelle en cinq ans ; rien que pour 2012, la capitale russe prévoit la construction de 80 établissements maternels (r).

C'est par le dialogue et le travail que ces réalisations pourront essaimer. J'espère que notre atelier aura contribué à la réalisation de cet objectif.

--
(a) indique une page en anglais.
(r) indique une page en russe.

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires