Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Semaine du climat : ne perdons pas de vue l’essentiel

Mafalda Duarte's picture
Cette page en : Español
Composition photo: Curt Carnemark /Arne Hoel / La Banque mondiale.

Alors que se déroule à New York la Semaine du climat (a), le moment est propice à quelques rappels de faits récents.
 
La planète a encore battu des records de températures : selon la NASA (a), le mois d’août dernier a été le plus chaud de l’histoire. Et ce n’est pas tout : juillet a été le mois le plus chaud jamais enregistré. Nous ne sommes pas face à une anomalie : 15 des 16 années les plus chaudes depuis 1880 ont été enregistrées au cours de notre siècle.
 

Cet été, aux États-Unis, il y a eu des inondations meurtrières en Louisiane, des feux de forêt monstres en Californie et des précipitations exceptionnelles pour la saison au Maryland. Ailleurs, le phénomène El Niño, renforcé par le changement climatique, provoque des sécheresses et accentue les risques de famine, tandis qu’au large de l’Australie la Grande barrière de corail se meurt dangereusement. L’impact du changement climatique se manifeste aux quatre coins du monde, avec de graves conséquences humaines, économiques et environnementales.
               
Il y a cependant des raisons de se réjouir. 
 
Les États signataires de l’accord de Paris sur le climat passent progressivement de l’ambition à l’action ; ils ont été nombreux ces derniers mois à avoir ratifié l’accord. La Chine et les États-Unis, qui sont les deux plus gros émetteurs de gaz à effet de serre (GES) du monde, ont annoncé ensemble la ratification de l’accord à l’occasion du G20, début septembre. L’entrée en vigueur de l’accord de Paris pourrait même intervenir dans les deux mois qui viennent, à condition qu’il soit ratifié par 55 pays, qui doivent totaliser 55 % des émissions de GES.
 
Le secteur privé n’est pas en reste. Dans une publication récente (a), Blackrock, premier gestionnaire d’actifs au monde, avec un portefeuille de près de 5 000 milliards de dollars, écrit : « Les investisseurs ne peuvent plus ignorer le changement climatique. Certains peuvent bien en contester la réalité scientifique, mais tous sont confrontés à un déferlement inévitable des réglementations climatiques et aux risques de disruption technologique ». Une opinion partagée par le Financial Times, qui a aussi encouragé les investisseurs et les conseils d’administration à prendre en compte les émissions de GES de leurs opérations. À New York, à l’occasion de la Semaine du climat, on a aussi beaucoup entendu parler de l’intensification de l’action climatique et des initiatives menées par toutes les sphères concernées.
                                                                                                                                                                                     
Il faut aller plus loin et plus vite dans trois axes prioritaires.
                                  
D’abord, il faut accroître considérablement la finance verte. Les besoins d’investissement dans l’infrastructure durable au cours des quinze prochaines années se chiffrent à environ 90 000 milliards de dollars, dont 75 % dans les pays en développement et émergents. Pour pouvoir mobiliser ces milliers de milliards de dollars, les financements du secteur privé seront indispensables. Comme l’a récemment écrit (a) l’ancien secrétaire au Trésor américain, Hank Paulson, « avec des politiques judicieuses, bien conçues et coordonnées, avec des modèles et des instruments de financement tels que les obligations et avec des programmes d’incitation, il est possible de faire en sorte que les pays viennent à bout des problèmes environnementaux les plus urgents auxquels est confrontée la planète tout en préservant la croissance économique ». 
 
M. Paulson fait partie de ceux qui ont soutenu la création et le développement des Fonds d’investissement climatiques (CIF), que j’ai aujourd’hui l’honneur de diriger. Ce fonds fiduciaire de 8,3 milliards de dollars consacré aux financements climatiques appuie depuis huit ans des investissements écologiques innovants et des initiatives qui favorisent la résilience au changement climatique. Les CIF fournissent des financements concessionnels minimisant les risques, dans le but de soutenir des entreprises pionnières, créer de nouveaux marchés, faire baisser le coût des technologies énergétiques propres, combler les déficits de financement et apporter des solutions de financement novatrices dans les pays en développement. Nous avons des résultats tangibles à notre actif et une réserve abondante de projets. Mais nous voulons aussi aller de l’avant et tâcher d’innover encore davantage pour contribuer au défi de la transition verte et de ses milliers de milliards de dollars de financements nécessaires. Concrètement, notre objectif est de créer un dispositif de financement tout à fait nouveau qui s’adresse aux investisseurs institutionnels à la recherche d’un portefeuille durable et diversifié dans les économies émergentes. 
 
En se dotant de plans d’action pour le climat et pour les forêts, la Banque mondiale a tracé les contours de ses ambitions. Il s’agit à présent de matérialiser ces ambitions, et les CIF peuvent y contribuer, comme le relève un rapport récent de la Brookings Institution (a) : « Par les succès de leur collaboration avec les banques multilatérales de développement au cofinancement d’infrastructures bas carbone et résilientes au changement climatique, les CIF ont fait la preuve de leur utilité sans faille ».
 
Pour mobiliser des milliers de milliards de dollars auprès des marchés de capitaux privés, il faut des instruments financiers innovants : je pense aux obligations vertes, aux assurances climatiques et à la titrisation d’actifs dans des fonds climatiques. Ce type d’opération convaincra les investisseurs privés et institutionnels des possibilités qu’offrent les marchés verts et climato-intelligents dans les économies émergentes et en développement, tout en leur montrant que nous, bailleurs multilatéraux et de fonds concessionnels, sommes là pour les rendre fertiles.
 

 Ivelina Taushanova / Banco Mundial.
Parc éolien près de Kavarna, Bulgarie. Photo: Ivelina Taushanova / La Banque mondiale.


Enfin, il faut que les dirigeants politiques renoncent aux énergies sales qui alimentent le moteur de nos économies depuis plus de deux siècles. Avec, à la clé des économies d’énergie accrues, grâce à l’utilisation de normes d’efficacité énergétique dans les nouvelles constructions et la mise aux normes des bâtiments existants. Nous devons changer nos comportements : modifier nos modes de transport, de gestion des déchets, de consommation. Nous devons faire les choses autrement, mais pas seulement : le changement doit être radical car le temps est compté.
 
L’enjeu, fondamentalement, est de prendre conscience de l’urgence et de l’ampleur de l’action à mener, et d’agir en conséquence.

Commentaires

Soumis par Hubert Flavien Edanga le

L'enjeu est la prise de conscience urgente et l'ampleur de l'action à mener c'est vrai! Je pense qu'il faut commencer par impliquer toutes les tranches de la société mondiale, partant du dernier paysan caché au fond de la forêt amazonienne et celui de la forêt équatoriale. Faire participer tout le monde! Car la réalité est souvent tout autre selon qu'on est dirigeant ou pauvre paysan!
Hubert Flavien Edanga
Depuis la forêt de l'Est Cameroun.

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.
En soumettant ce formulaire, j'accepte la politique de confidentialité de Mollom.