Girls’ education and the future of a nation

|

This page in:

School girls in Berastagi, North Sumatra, Indonesia. © Axel Drainville via CreativeCommons
School girls in Berastagi, North Sumatra, Indonesia. © Axel Drainville via Creative Commons

In 1978, we both started our high school education in our home city of Semarang. Our alma mater is located on a major artery in the heart of the city, and occupies a beautiful Dutch colonial building. The robustness of its architecture befits the reputation of our school at that time: a school led by a passionate principal who promoted discipline and effective learning.

In our school, every boy and girl had an equal opportunity to learn and thrive . This is something Raden Ajeng Kartini –national heroine and a pioneer for girls and women’s rights in Indonesia– had fought for. The school was fully equipped with labs for chemistry, physics, biology, and foreign languages. We were fortunate to have the opportunity to receive quality education at one of the best public schools in Semarang. Our school also fared well at the provincial and national level. 

Not only did we thrive academically, we also enjoyed the various extra-curricular activities the school had to offer. This included being part of the basketball and volleyball teams, folk song choir, karate club, Pasukan Pengibar Bendera Pusaka (Flag Hoisting Troop) –as well as student council leadership. Girls were never discriminated upon and had the same opportunity to excel.

Forty years ago, we could never have imagined that we would be serving in the same Cabinet led by President Joko Widodo and Vice President Jusuf Kalla. If one school can produce the first female Finance Minister and the first female Foreign Minister in this Republic, then our alma mater and its educators must be doing something right. Many of our former classmates also excelled in their respective fields.

In addition to the support from our parents, we must admit that our teachers were extremely committed to their role . They made the effort to be attentive to all their students and considered each individual to have the potential to thrive when sprinkled with knowledge and inspiration. They knew how to motivate, educate, and push us to be outstanding. Furthermore, they kept reminding us that boys and girls have the same opportunity to reach for the stars.

Because we came from a large family with many siblings, our parents could only afford to send us to a public school. Nevertheless, they motivated us to study hard so we could attend the best public school and consistently get good grades. In addition to the academic rigors, we enjoyed being part of school organizations that helped us hone our soft skills to interact and collaborate within a team to achieve collective goals. After three years in high school, we graduated with honors and continued our dreams at different higher education institutions, to pursue our respective interests.

Today, the government is making a strong effort to invest in our human capital . The education sector has consistently been allocated as much as 20 percent of our national budget or around Rp440 trillion. Furthermore, the participation of girls in education has been good with a one-to-one ratio between boys and girls enrolled in our education system. The population of Indonesia has reached around 260 million people, half of which are female . There is tremendous potential from their economic participation, in addition to their strategic role within the family.

Currently, around 45 percent of Indonesia’s work force are employed by small and medium-size enterprises (SMEs). There is a proliferation of SMEs started by women –almost 50 percent of the total business in this sector . Although women’s participation in the formal sector only reaches 32 percent, their contribution in job creation through SMEs is very significant.

Recently, the World Development Report concluded that significant investments in human capital will drive long-term economic growth and promote shared prosperity in a country. Additionally, the report also reiterated that schooling without learning deprives students from reaching their fullest potential.

President Jokowi fully understands that the high budget allocation for education must be supported with an effective learning process. It will equip our populace for the opportunities and challenges of tomorrow, especially for girls. Enhancing the quality of education will be a main focus, such as improving school management, teacher quality, learning processes, and the curriculum.

The government is committed to not allow individual financial constraints to be in the way of Indonesian children pursuing their education. When a family faces financial constraints, they normally prioritize their sons over their daughters when it comes to educational opportunities. A series of programs were introduced to support the poorest and most vulnerable. The Indonesia Pintar flagship education initiative provides cash support from the national budget to 20.3 million children between the ages of 6 to 21 to help fund their education.

Investing in human capital will unlock the future for our nation.  With the onset of various technological innovations, Indonesian talents will need to prepare themselves for the jobs of tomorrow. They will be the main economic driver towards a more inclusive growth and an ever-expanding middle class. The role of women is key in this quest to promote shared prosperity for all.

Investments made in our education several decades ago have opened opportunities for both of us to serve Indonesia, the country that we love. In our recent school reunion, we conveyed appreciation to our passionate teachers for spreading the seeds of knowledge and inspiration. There are many women who have proved that they can excel and be a great mother to their children at the same time.

The government is working hard to build a foundation for our nation to thrive by investing in Indonesia’s human capital. We hope there will be more capable women to take our nation to its golden ages. 

Originally published in Tempo magazine and also on LinkedIn

Authors

Retno Marsudi

Retno Marsudi, Foreign Minister of Indonesia

Join the Conversation

khalid maqsood khokhar
November 18, 2017

<p>in Pakistan & Afghanistan there is acute need of basic/elementary education for Genders,& for sustainable developments specially promotion of Agricultural know how,new techniques,forest technologies in local language is very helpful in all hilly,land areas,cutoff areas by using local available natural resources,human capital,while providing them basic education to source less,orthodox,poor,innocent fix in crunch of vicious circles of poverty</p>

Fousseni Togola
November 21, 2017

L'instruction des jeunes filles est une pratique sur laquelle il convient de veiller énormément puisque le monde dans lequel nous vivons est composé de plus de femmes que d'hommes. Ce qui laisse entendre la possibilité que celles-ci deviennent des gouvernants de ce monde. Avant cela, il importe de veiller sur leur formation.

Billy Sow
November 21, 2017

Vos parcours personnels m’amènent à dire que c’est possible l’éducation pour tous, que c’est aussi possible de gagner la bataille pour l’accès des femmes aux postes de prise de décision.

Madame Anuarite
November 10, 2017

Je suis Madame Anuarite de la RDcongo. Merci pour ce titre qui dit que l'instruction des filles et l'avenir d'une nation.En se fondant sur les détails de votre parcours au lycée par rapport à ce que vous êtes devenu nous comprenons que vous avez démontré l'importance de vos études qui ne se sont heurté à aucun ambuche qui pouvait mettre frein à ce que vous êtes aujourd'hui. Donc, tout d'abord, Le fait pour vous d'avoir étudié vous dote des capacités. Aussi, Le fait d'étudier dans des conditions hautement bonnes vous permet de bien servir votre nation par ce que tout dépend de votre base instructive. Par ce que je me dit par exemple si vous devriez resté seulement une fille de la maison pour des travaux domestiques et autres, celà ne vous servirait en rien pour diriger une nation. En plus, Si vous auriez étudié dans une école où vous étiez discriminé, où vois auriez raté des cours seulement par ce que vous êtes dans des conditions de nature femme, vous ne devriez pas atteindre le niveau excellent jusqu'à bien servir convenablement votre nation. C'est les cas que connaissent plusieurs filles en Rdcongo. Leurs études sont freinnées par liqueurs causes. D'adord beaucoup n'etudient pas, d'autres étudient dans de mauvaises conditions, pas de toilettes pour elles à l'école, lorsqu'elles ont leurs menstrues elles ne peuvent pas venir à l'école par ce que c'est un tabou. Il n'y a pas de crevettes pour garder le sang, pas de l'eau à l'école,beaucoup d'absences à cause de cet état.D'autres par manque d'une éducation reproductive et une sensibilisation sur le droit sexuel tombent precossement en
ceinte et abandonnent ainsi les études et ne sont ainsi utiles que pour des travaux ménagers.Comment une telle filles peut servir sa nation ? Aidez svp d'autres nations pour un bon avenir.

Njikam aboubakar sidiki
May 14, 2019

J'suis africain comme vous Mme Anuarite, d'origine camerounaise j'suis aussi adhérent à la thèse l'instruction des filles et l'avenir d'une nation, vous savez les femmes africaines ont déjà cette mentalité qu'elles n'ont pas la même possibilité d'acquérir les connaissance que les hommes, il faut vraiment que le gouvernement camerounais sensibilise la scolarisation de la jeune fille car une femme instruite est l'avenir pour une nation voir même une avenir pour ses enfants qui naîtront, je veux chuter en signalant que le gouvernement doit beaucoup investir dans le cadre scolaire en mettant les élèves/étudiants dans des meilleures conditions possibles par exemple ici à l'Université de Yaoundé2 y'a pas des toilettes donc celui/celle qui a la diarrhée ne peut pas venir à l'école pour des raisons évidentes et les femmes en période de menstruation non plus.
Je remercie vraiment le Groupe banque mondiale pour cette fameuse thèse afin de sensibiliser la femme mondiale surtout africaine

Fousseni Togola
May 14, 2019

Merci pour ces explications qui me sont vraiment bénéfiques. Ce problème, si je peux me permettre de le dire, est ce qui explique d'ailleurs le sous-développement de beaucoup de nation de nos jours. Car les femmes constituent la majorité de la population, et s'il faut que celles-ci soient inactives, alors, la minorité ne pourra pas servir.
Moi, je crois qu'il faut défendre le droit de ces jeunes filles partout dans le monde.
Pour finir, je vous conseille également mon livre: Parité Hommes-Femmes : énigme à briser.

president kimuanga david josue claude
May 14, 2019

Je suis tout a fait d'accord, oeuvrons pour l'education des filles, pour de bonnes insfrastructures et une bonne formation. Ceci demande la participation de tous, notamment des autorites locales. Je travaille a la banque mondiale sur un projet pour l education des jeunes filles et garcons. Nous pouvons vous assurer mesdames, notre soutien. Merci

joseph ben kanga
November 21, 2017

Comment scolarisé nos enfants filles si on est pauvres? et pas de l'emploi? Comment résoudre ce problèmes surtout dans des pays sous développer? - Adapped de RDC, North-kivu,Goma

Fousseni TOGOLA
May 14, 2019

Je suis conscient de ce problème et vous avez tout à fait raison, mais en même temps vous ignorez également que ce n'est pas en les privant d'éducation que vous resoudrez votre problématique de la pauvreté.
Je pense au contraire qu'en scolarisant les jeunes filles, vous pourrez trouver une solution à votre problème puisque celle-ci sera appelée même étant chez son mari à contribuer dans sa famille paternel.

Hassan
November 21, 2017

Pour soutenir les filles dans leurs parcours scolaires, il faut tout d'abord que beaucoup d'hommes soient libérés des idées qu'ils se font des femmes. Autrement dit la participation active de la femme dans l'effort de develo0ement de toute nation passe par la libération de l'homme de ses tarres d'éducation.

Fousseni TOGOLA
May 14, 2019

D'où l'importance de l'éducation. Celle-ci ne se situe à un seul niveau, mais elle doit s'étendre à toutes les couches sociales afin de faire les droits de la jeune fille, des femmes dans le monde.

Anonymous
November 16, 2017

La educación conlleva al desarrollo y lo que enfoca este artículo es real y las expectativas están en Indonesia

khalid maqsood khokhar
November 18, 2017

in Pakistan & Afghanistan there is acute need of basic/elementary education for Genders,& for sustainable developments specially promotion of Agricultural know how,new techniques,forest technologies in local language is very helpful in all hilly,land areas,cutoff areas by using local available natural resources,human capital,while providing them basic education to source less,orthodox,poor,innocent fix in crunch of vicious circles of poverty

الطيب بوداود اعلامي .. (طالب/ دكتوارة )
November 25, 2017

المراة والرجل شقا الانسانية ومن هذا المنطلق فان عملية التعليم عندما تستهدف الانسان بشقيه فانها تمس المراة والرجل لكن ثقافة الاقصاء والتهميش التي غالبا ما تطال المراة فانها بالتاكيد تكرس التخلف واي تخلف ..تخلف يضرب نصف المجتمع ان تعليم المدرسة يساوي نهضة مجتمع وازدهاره واي عملية اصلاح او تحديث او حراك اجتماعي اذا غابت عنه المراة المتعلمة يعد ناقصا اروني امة بلغت مناها بغير العلم والتعلم .

Rachid ELAÏDI
December 25, 2017

L'éducation des filles passe d'abord par un apprentissage psychologique et scientifique dans une société purement masculine qui veut dire les comportements et les coutumes sont des habitudes masculines. Je mets en exergue les filles égyptiennes qui sont en éducation psychologique quotidienne et qui essayent de se libérer du dilemme être libre de ses mouvements et être soumise,de plein gré, aux caprices des hommes ; le viol des jeunes filles et des moins jeunes est une monnaie courante dans cette société qui fait partie du ''tiers monde'' où le modernisme et l'archaïsme se côtoient . Ce viol qui empêche une éducation des filles est dans toutes les structures de l’État égyptien. L'excision des jeunes filles pour que ,soit disant,la fille ne se déchaîne pas sexuellement est aussi un motif de retardement de l’éducation des jeunes filles et, ceci est une pratique courante dans tous les pays africains et dans les 23 pays arabes. Si l’État ne s'y met pas par, d'abord un changement de mentalité des politiques et ce n'est pas une question de quota,et avec des réformes coercitives, l'éducation des jeunes filles ne peut se tenir dans la mesure où l'effort réalisé pat les filles,reste insuffisant . Il suffit de voir, par exemple , la soumission des présentatrices de TV égyptiennes et dans les 23 pays arabes par leurs collègues masculins qui ont plus un comportement des filles dominatrices de par leur mentalité qui manque suffisamment d'éducation pour qu'une société y compris musulmane soit libre...