Opinions - Le blog du Groupe Banque mondiale
Syndicate content

Un débat vieux comme le monde : pourquoi les personnes âgées sont-elles contre l’immigration ?

Hernan Winkler's picture
Cette page en : Español

Egalement disponible en: English


La crise en Méditerranée a attisé le rejet des immigrés dans toute l’Europe, ajoutant à la complexité du débat autour des politiques d’immigration. La difficulté d’un consensus sur les questions migratoires saute également aux yeux de quiconque s’intéresse à la politique menée actuellement par les États-Unis en la matière : plutôt qu’un texte commun, le pays a 28 régimes différents, très éloignés les uns des autres en termes d’ouverture et de flexibilité.

En Europe, le problème est aggravé par le vieillissement rapide attendu de la population. Et même si l’immigration ne résoudra pas tous les déboires économiques de la région, des politiques plus ouvertes et plus souples permettraient d’instiller la flexibilité et le dynamisme nécessaires à des économies européennes grisonnantes.

Mais les obstacles ne manquent pas.



Certains des pays qui bénéficieraient le plus d’un rajeunissement de leur population active sont aussi largement les plus hostiles aux immigrants. En outre, partout, ce sont les autochtones âgés qui s’opposent le plus à l’immigration (figure 1) et ce, de manière disproportionnée et indépendamment du niveau de revenu et d’instruction et du statut professionnel.
 
C’est d’autant plus paradoxal que les personnes âgées auraient probablement beaucoup à gagner d’une augmentation des flux migratoires, pour les raisons suivantes :

  1. a priori à la retraite, elles ont moins de motifs d’inquiétude face au durcissement de la concurrence sur le marché du travail ;
  2. grâce à une épargne en général plus abondante, elles bénéficieront sans doute d’un taux de rendement supérieur quand cet afflux de main-d’œuvre dopera l’économie ;
  3. l’immigration devrait conforter la pérennité budgétaire des systèmes de retraite par répartition ;
  4. avec l’augmentation de la main-d’œuvre disponible, le tarif des services au troisième âge pourrait fortement diminuer.

 
Mais ce rejet des immigrants par les autochtones âgés pourrait également s’expliquer par des changements générationnels et pas uniquement des préférences qui évoluent avec l’âge. Une comparaison de l’attitude vis-à-vis des migrants au cours de la vie entre groupes d’individus nés la même année permet de constater que, dans la plupart des pays, leur ressenti est relativement stable quand il ne s’améliore pas en vieillissant — un résultat assez conforme aux théories économiques, qui postulent par exemple qu’avec l’âge, les autochtones devraient devenir moins hostiles aux immigrants.

Autrement dit, le durcissement de l’attitude des autochtones à l’encontre des immigrants est surtout dû à un changement générationnel. Tant que cette situation perdurera, les sociétés vieillissantes pourraient s’ouvrir davantage à l’immigration — et non l’inverse — à mesure que des générations plus jeunes et cosmopolites remplaceront la génération actuelle, qui représente une part grandissante de la population.
 
Ce billet de blog s’appuie sur un rapport de la Banque mondiale, qui vient de paraître, intitulé “Golden Aging: Prospects for Healthy, Active, and Prosperous Aging in Europe and Central Asia.”
Il a été publié le 22 juillet dernier dans une version différente sur le site de Brookings : http://www.brookings.edu/blogs/future-development/posts/2015/07/22-aging-migration-winkle

Commentaires

Soumis par mohamed mahmoud ould sidiba le

Cet article fait un constat, sur la base de l Enquete sociale europeenne sur une decennie(2002-2012). Et l auteur a fourni quatre bonnes raisons, pour que les personnes agees aient eu une attitude opposee, plus favorable a l immigration. Je pense qu il y a une raison explicative, je crois, a leur attitude hostile a l immigration: c est qu ils avaient vecu dans un contexte different qui a evolue rapidement vers un changement, ou ils se voient de plus en plus entoures d autres individus, appartenant a d autres cultures et donc avec des us et coutumes differents des leurs. Les jeunes, en general,sont plus ouverts et plus curieux de decouvrir tout ce qui est exotique et nouveau.

Soumis par Soraya Lemaire le

Cet article est tout simplement mal titré, à dessein. Faisant de la jeunesse bienveillante une norme d'opinion alors qu'elle n'est qu'idéaliste.

Les paradoxes soulevés n'est sont pas :
1- Les personnes dites âgées (dont on ignore l'âge dans l'article, première erreur méthodologique...) sont plus vulnérables physiquement. Elles sont donc plus sensibles à une immigration qu'elles associent à juste titre au danger et à la violence surtout quand elles vivent dans des quartiers populaires qui ont été colonisés par des vagues successives d'immigration et où elles sont les vestiges d'une communauté réelle, où elles n'osent plus sortir pour ne prendre que cet exemple.
2- Celles qui ont eu les moyens d'épargner l'ont fait pour leurs propres enfants et pour assurer des revenus décents à la retraite, pas pour être lourdement taxées sur leurs économies, fruit de leur labeur. Taxes qui viendront financer des inactifs où les immigrés sont surreprésentés alors qu'elles ont connu une époque sans allocations, plus incitative au travail.
3- On leur explique tous les jours que les immigrés ont moins de travail que les autres et elles s'inquiètent déjà de savoir si leurs petits-enfants trouveront un emploi. Elles savent donc très bien que les immigrés ne trouveront pas d'emploi ou alors pas déclarés donc ne cotiseront au système de retraite. A juste titre, elles constatent avec inquiétude que le système de solidarité est plus exigeant avec elles (nombre d'années de cotisation, plafond de revenus ou de patrimoine pour les aides...) qu'avec les immigrés même âgés qui peuvent percevoir des revenus presque égaux sans n'avoir jamais cotisé.
4- Elles n'ont pas le cynisme du grand patronat pour se dire que plus de personnes sur le marché du travail exercent une pression à la baisse sur les salaires des aidants et soignants. En situation de dépendance, elles ont besoin d'un entourage qui les rassure, qui leur ressemble, parle la même langue et avec les mêmes habitudes et coutumes.

Enfin, on peut se demander sur quel critère a été faite la sélection "autochtone"...

Cet article est un plaidoyer accusateur et culpabilisant qui oublie que les personnes plus âgées font simplement preuve de bon sens alors que les plus jeunes sont plus idéalistes et plus ouverts à la propagande.
C'est le signe que nos aïeux seront la prochaine cible à convaincre, ou à abattre.

Soumis par nadia le

En réponse au commentaire de Soraya que je trouve choquant, car franchement anti-immigrants (pour ne pas dire xénophobe...) je pense que vous parlez pour une population plus complexe et donc, beaucoup moins caricaturale, que celle que vous décrivez. Le billet parle des personnes âgées du monde entier, et non uniquement des personnes âgées des quartiers populaires des grandes villes françaises, où les tensions socioéconomiques sont actuellement exharcerbées par une crise profonde de la société qui s'explique en partie par les échecs des politiques d'intégration. Les personnes âgées, comme les moins âgées et même les jeunes, réagissent en fonction de l'environnement dans lequel elles vivent, et en cas de crise, elles sont comme les autres plus méfiantes à l'égard du changement et de tout autre type d'élément potentiellement déstabilisateur de leurs habitudes et de leurs privilèges. Ne confondons pas ici études socioéconomiques et psychologie de bas étage. Les phénomènes migratoires existent et fascinent depuis la nuit des temps, car ils sont le carburant du changement, de l'évolution, de la mixité des personnes et des cultures, et aujourd'hui de la mondialisation. Ces phénomènes sont d'un niveau de diversité et de complexité qui ne peut laisser aucune place aux tentatives de simplification, surtout quand celles-ci visent à alimenter la défiance et le mépris d'une partie de la population envers une autre. À bon entendeur, j'espère lire de nouveaux commentaires, plus constructifs...

Soumis par mohamed mahmoud ould sidiba le

Je pense que le commentaire de Soraya,sans etre forcement xenophobe, mais manifestant une certaine frilosite, n est pas depourvu cependant de rigueur.Nadia a raison de souligner que l article parle d une facon generale de l immigration en Europe, notamment, autour de la Mediterranee et pas specifiquement du cas francais.L auteur a souleve un paradoxe, voire un dilemme:l Europe est sur une pente de vieillissement continu, et a donc besoin de bras et de cerveaux nouveaux, mais les flux migratoires, ne correspondent pas precisement a une demande, ni en quantite,ni en qualite.C est pourquoi, certains evoquent l immigration choisie.Or, ce n est pas par choix ou suite a la demande exterieure, que les gens du sud de la Mediterranee(Arabes et Africains)emigrent.Mais soit a cause des guerres endemiques, de la persecution pour opinions divergentes ou appartenance supposee hostile ou ennemie, ou a cause de l extreme pauvrete.C est litteralement pour certains, une question de vie ou de mort. Je pense que le meilleur moyen de l endiguer,est de contribuer, a travers la cooperation bilaterale et multilaterale, a eteindre les foyers de tension a tout prix, a aider economiquement et par une assistance technique les pays concernes, pour se mettre sur''leurs pieds''.Je pense que c est la meilleure facon, sinon l unique, de retenir sur place leurs citoyens, puisqu ils y trouveraient securite et moyens de vivre decemment. Quand les conflits eclatent et surtout lorsqu ils perdurent, les gens n ont d autres choix, au risque de leur vie(constamment menacee), que de chercher a rejoindre d autres lieux plus surs.

Soumis par Eric Blaise le

Je sais que ceci est un sujet controverse, mais une explication c'est le fait que le monde qu'ils connaissent est en train de changer, et on supporte mal en tant qu'humains les changements. Leurs visions sont différentes des nôtres, mais malgré cela, il y a peut-être une petite vérité en ce qu'ils voient comme un problème sur les deux cotés de ce phénomène. N'oubliez pas que les personnes âgées sont une des meilleures sources pour de bons conseils et ils ont souvent raison.

Vos questions et commentaires (soumis à modération)

Plain text

  • Balises HTML autorisées : <br> <p>
  • Passage à la ligne et paragraphes automatiques.

Réagissez aux discussions du moment