L’absence de données entrave les efforts de réduction de la pauvreté dans les Caraïbes

|

Cette page en:

Image
Scènes quotidiennes à Castries, Sainte-Lucie : capturer l'essence de la vie locale.
Scènes quotidiennes à Castries, Sainte-Lucie : capturer l'essence de la vie locale. Photo: World Bank

Dans les Caraïbes, l'absence de données empêche de comprendre la pauvreté et de savoir exactement qui est touché et comment, afin d'élaborer des mesures politiques correctives. De nombreux pays des Caraïbes ne collectent tout simplement pas de données pour mesurer et surveiller la pauvreté et les inégalités.

L'absence de données actualisées sur la pauvreté et les inégalités dans les Caraïbes laisse des milliers, voire des millions de personnes dans l'ignorance, ce qui compromet les progrès accomplis pour améliorer les conditions de vie et mettre fin à la pauvreté.   Nous devons insister sur le besoin urgent de mesurer la pauvreté afin d'éclairer les politiques publiques correctives, en veillant à ce que personne dans la région ne soit laissé pour compte.

Le déficit de données  

Une étude de la Banque mondiale réalisée en 2015 a montré que neuf pays des Caraïbes étaient dépourvus de données, c'est-à-dire qu'ils ne disposaient que d'une seule estimation de la pauvreté ou moins sur une période de dix ans. La fréquence recommandée est de 3 à 5 ans. Le tableau suivant présente les dernières données disponibles sur la pauvreté par pays.

Cette situation n'a guère évolué depuis 2015. Dans 6 des 18 pays des Caraïbes, les estimations nationales de la pauvreté ne sont disponibles que pour les années 2000. A l'exception de la Jamaïque, qui suit depuis longtemps la pauvreté sur une base annuelle, et de la République dominicaine, les estimations de la pauvreté les plus récentes datent de 5 à 7 ans.

Si nous ne disposons pas de données actualisées sur la pauvreté, nous ne sommes pas en mesure de mesurer les progrès accomplis en matière de réduction de la pauvreté et nous risquons de nous diriger vers des niveaux de pauvreté et d'inégalité plus élevés.   Sans données, nous sommes également incapables d'élaborer des politiques et des interventions efficaces pour lutter contre la pauvreté, et les dépenses de protection sociale pourraient finir par passer complètement à côté de leurs buts.

Des données plus fréquentes sur les ménages peuvent également être utilisées pour améliorer notre résilience au changement climatique et aux risques naturels, par exemple en combinant les données sur les ménages avec les données sur le climat et les risques pour les évaluations de la vulnérabilité qui peuvent informer des politiques ciblées.

Dans le contexte de niveaux d'endettement plus élevés, l'absence de données récentes sur la pauvreté signifie que la pauvreté n'est peut-être pas une priorité politique, mais lorsque les politiques de lutte contre la pauvreté sont mises en œuvre sans données et preuves solides, elles ont moins de chances de réussir, ce qui se traduit par un gaspillage de ressources. Les Caraïbes ne peuvent tout simplement pas se permettre de continuer sur cette voie - les habitants des Caraïbes méritent mieux.

Le déficit de capacité

La capacité statistique dans les Caraïbes est plus faible que dans d'autres régions du monde, comme le montre l'indicateur de performance statistique. De nombreux pays des Caraïbes sont confrontés à une faible capacité statistique et à une faible utilisation des données, qui se renforcent mutuellement.

Les capacités limitées signifient que la qualité des données peut être médiocre et obsolète. En outre, les pays choisissent parfois de ne pas divulguer les données sur la pauvreté pour des raisons de sensibilité politique, ce qui entrave l'élaboration de politiques visant à améliorer la vie des plus vulnérables.

Que faire ?

Certains pays des Caraïbes se sont efforcés de remédier à certains aspects du manque de données. Par exemple, des initiatives telles que le projet « OECS Data for Decision Making », financé par la Banque mondiale, le projet « Enhanced Country Poverty Assessment », de la Banque de développement des Caraïbes ou le « Projet de Statistique Canada pour l'avancement régional des statistiques dans les Caraïbes » ont été mises en œuvre avec le soutien de partenaires de développement. Toutefois, si nous voulons mettre fin à la pauvreté d'ici 2030, il convient de prendre en compte les éléments suivants :

1. S'engager à collecter régulièrement des données complètes sur la pauvreté et les principaux indicateurs socio-économiques. Il s'agit notamment de mener des enquêtes auprès des ménages, des recensements et des enquêtes visant à recueillir des informations sur les revenus, les conditions de vie, l'emploi, l'éducation et l'accès aux soins de santé. Les gouvernements doivent prévoir un budget approprié pour mener ces enquêtes, et la communauté du développement peut soutenir ces efforts en fournissant des fonds supplémentaires, en renforçant les capacités et en apportant un soutien analytique.

2. Investir dans les capacités des institutions statistiques nationales et des unités d'analyse politique. Il s'agit notamment de doter les institutions statistiques d'effectifs suffisants et de fournir une formation et des ressources au personnel chargé de la collecte, de l'analyse et de la communication des données.

3. Promouvoir la transparence et l'accessibilité des données. Il s'agit notamment de rendre les indicateurs clés des enquêtes et des estimations de la pauvreté disponibles en ligne et lors d'événements publics, de renforcer le cadre juridique pour la diffusion des micro données et d'investir dans des référentiels de micro données pour un stockage et une diffusion en toute sécurité.

Les projections de pauvreté réalisées par la Banque mondiale pour les Caraïbes et les résultats des enquêtes téléphoniques et en ligne menées pendant la pandémie suggèrent que les Caraïbes ne font peut-être pas de progrès significatifs en matière de réduction de la pauvreté.

Bien que l'on s'attende à une baisse de la pauvreté après le pic de 2020, on estime que dans la plupart des pays, elle est encore supérieure aux niveaux d'avant la pandémie. Il reste beaucoup à faire pour aider les pauvres et les personnes vulnérables à se remettre de la pandémie et pour veiller à ce qu'il n'y ait pas d'impact à long terme sur le bien-être des générations futures qui ont souffert de graves perturbations dans les services d'éducation et de santé au cours de la pandémie.

Il est désormais impératif que les dirigeants, en collaboration avec les organisations internationales et la société civile, saisissent cette occasion de collecter des données et de les transformer en actions significatives, en ne laissant personne de côté.

Au niveau individuel, nous devons plaider pour que les gouvernements réalisent et partagent des évaluations de la pauvreté et des résultats correspondants. En plaidant pour une ouverture et une transparence accrues, nous pouvons contribuer à la réduction de la pauvreté et à l'amélioration de la vie et des moyens de subsistance dans les Caraïbes.

Auteurs

Lilia Burunciuc

World Bank Country Director for the Caribbean countries

Marla Dukharan

Caribbean Economist and Advisor

Anna Luisa Paffhausen

Economist in the Latin America and Caribbean Unit of the Poverty & Equity Global Practice

Prenez part au débat

MOHAMED AZIRI MOISSULI
10 novembre 2023

La pauvreté est devenue un cercle infernal. Plus on lutte contre plus apparaît une autre forme de pauvreté. On peut se demander si le mécanisme et les instruments de lutte contre la pauvreté restent inefficaces.

Baldé Abdoulaye Tanou
10 novembre 2023

Aider une femme c'est contribuer au développement de pays en voix de développement dans le cadre de la pauvreté