Dans 107 pays sur 114, les femmes sont sous-représentées dans les filières scientifiques

|

Cette page en:

Dans 107 pays sur 114, les femmes sont sous-représentées parmi les diplômés en science, technologie, ingénierie et mathématiques (STIM)[i]. L’écart est de dix hommes pour moins de deux femmes dans des pays comme la Corée du Sud, le Chili, le Burundi, le Cambodge et le Burkina Faso. Ces disparités en matière d’orientation professionnelle sont une occasion manquée à l’heure où, révolution numérique oblige, les diplômés des filières scientifiques et technologiques sont de plus en plus demandés et que l’offre ne suit pas. La solution pour résorber cette pénurie est donc évidente : il faut encourager un plus grand nombre de filles à s’orienter vers ces filières.

Les données sur la proportion de filles parmi les diplômés en STIM sont issues de l’Institut de statistique de l’UNESCO et font partie des indicateurs récemment incorporés dans la base de données statistiques de la Banque mondiale sur le genre et l'égalité des sexes. Pour consulter plus d’indicateurs, découvrez l’édition 2019 du Little Data Book on Gender (a) ou rendez-vous sur le portail de données sur le genre (a).


[i] Les sept économies qui font exception sont Saint-Martin (partie néerlandaise), la Tunisie, l’Algérie, le Bénin, Oman, le Brunéi et la Syrie.

Prenez part au débat

larbi cherif ratiba
16 juillet 2019

je travaille dans une compagnie oil & gas, la représentation feminine est mitigée surtout dans les postes hiérarchiques de chef de département, directeur et plus.

MILAGNAWOE
16 juillet 2019

C'est une des plus grandes difficultés ne favorisant par la participation active des jeunes filles et femmes aux développements économiques dans la majorité des pays du tiers-monde, en particulier chez moi au Toogo. Dans mon université, à Lomé, le constat est que les filles s'orientent plus vers des "disciplines de contact" telles que la médecine, la biologie, les sciences humaines, la communication, l'art, et les langues. Par contre, elles sont très peu à s'inscrire vers de disciplines de "manipulation d' un objet" telles que la mathématique, la physique, l'informatique, ingénierie, la mécanique. En analysant le contexte et l'environnement, il est à noter que les jeunes filles manquent de modèles femmes pour investir certains domaines. Outre cela, nous pouvons parler des stéréotypes qui entourent certaines professions, orientant les femmes vers des formations prédéfinies par la société.
Pour y remédier, la promotion par des bourses féminines dans les STIM, serait un levier afin de former des modèles pour la génération à venir. De même des ateliers de sensibilisation des jeunes filles dans les établissements solaires pour les faire prendre conscience de leur plein potentiel à réussir encore mieux les STIM que les garçons.