Les données, un bon moyen pour accélérer l’égalité

|

Cette page en:

Au cours de la dernière décennie, la mortalité maternelle a diminué et la scolarisation des filles dans le secondaire a considérablement augmenté, mais de nombreuses lois discriminatoires dans 178 pays où vivent 2,4 milliards de femmes en âge de travailler les empêchent de participer pleinement à l'économie. Ces deux dernières années, en raison de la pandémie de COVID-19, les filles ougandaises ont été beaucoup moins nombreuses que les garçons à retourner à l'école après les fermetures de classes, et une majorité de filles bangladaises ont déclaré consacrer moins de temps à leur éducation.

Maternal mortality ratio by world and income group

Note : la version interactive de ce graphique peut être consultée sur le portail des données sur le genre (a) de la Banque mondiale.
Source : OMS, UNICEF, UNFPA, Groupe de la Banque mondiale et Division de la population des Nations Unies. Tendances de la mortalité maternelle : 2000 à 2017. Genève, Organisation mondiale de la santé, 2019. Données extraites du portail des données sur le genre (a) de la Banque mondiale.

Si nous savons mesurer ces progrès comme bien d'autres avancées — et régressions — dans la vie des femmes et des filles, c’est parce que ces précieuses informations nous sont fournies par des données pertinentes sur le genre. Ces données sont partie intégrante de l’autonomisation des femmes et des filles et le fait de savoir comment les décrypter et agir sur ces données peut accélérer l'égalité entre les sexes. C'est pourquoi il est essentiel de présenter les données sur le genre dans un format facilement accessible, exploitable et utile aux différentes parties prenantes, depuis les décideurs politiques et les défenseurs des droits des femmes jusqu’aux chercheurs et aux journalistes.  

Le Groupe de la Banque mondiale a restructuré son portail des données sur le genre (a) en tenant compte de ces différents publics : il compte désormais plus de 900 indicateurs de genre dans différents formats, qu’il s’agisse de données brutes ou de visuels interactifs et d’articles illustratifs. Faciliter l'analyse, l'interprétation et la visualisation des données ventilées par sexe permettra de mettre en lumière des questions de genre et d’inégalité entre les sexes souvent ignorées, notamment sur des sujets tels que le développement numérique, les transports et l'eau. C’est donc un moyen de souligner les écarts existants entre les femmes et les hommes ainsi que les lacunes dans la disponibilité des données sur le genre. 

Female labor force participation over three decades

Note : l’intégralité de l’article est consultable sur le portail de données sur le genre (a) de la Banque mondiale.
Source : Organisation internationale du travail, base de données ILOSTAT. Données extraites du portail des données sur le genre (a) de la Banque mondiale.

Malgré les efforts déployés pour améliorer les statistiques sur le genre, d’importantes lacunes persistent. Ces dernières années, le Groupe de la Banque mondiale a intensifié ses engagements et renforcé ses partenariats pour améliorer la collecte, l'accessibilité, le partage et l'utilisation des données ventilées par sexe. Nous investissons également dans plusieurs initiatives statistiques afin d’améliorer la disponibilité des données sur le genre et de combler les différents types de lacunes qui existent, comme indiqué ci-dessous. Par exemple, le projet pour le renforcement statistique sur le genre (SGS, selon l'acronyme anglais) vise à combler les lacunes actuelles dans les systèmes statistiques nationaux grâce à des partenariats avec les instituts nationaux de statistiques de 12 pays. Les travaux qui seront menés dans les deux prochaines années auront pour but d’améliorer la disponibilité, la qualité et la pertinence des données sur la situation économique des femmes et des hommes.

Les lacunes dans les données sont dues à diverses raisons...

Les lacunes dans les données sont dues à diverses raisons...

... et nécessitent une approche holistique pour être réduites et comblées

Source: Projet de renforcement des statistiques ventilées par sexe de la Banque mondiale

Ce projet s’appuie sur de récents travaux de la Banque mondiale, notamment l’initiative LSMS+ (Étude de mesure des niveaux de vie) (a) et le Partenariat pour le travail et l'emploi des femmes (a), qui cherchent à améliorer la disponibilité et la qualité des données d'enquête individualisées sur la situation économique des hommes et des femmes, notamment en matière de propriété et de gestion des biens, d'emploi et d'entrepreneuriat. Par ailleurs, outre la collecte de données, l'initiative MAGNET (a) vise à concevoir des méthodes d'enquête plus efficaces pour mesurer le degré respectif de contrôle des hommes et des femmes sur les biens et l'emploi du temps ainsi que leur capacité d’action. Enfin, le projet WEMNS (Women's Empowerment Metric for National Statistical Systems) met au point une échelle et des protocoles d’application associés pour mesurer l'autonomisation individuelle dans les enquêtes nationales auprès des ménages et des exploitations agricoles, y compris celles soutenues par l'initiative 50x2030: Data-Smart Agriculture (a). Ces données supplémentaires seront ajoutées au portail de données sur le genre dès qu'elles seront disponibles.

Ces travaux arrivent à point nommé étant donné que le monde a encore du chemin à parcourir pour atteindre l'égalité des sexes, et d'autant plus qu'aujourd'hui les pays travaillent à la reprise économique post-COVID. En effet, les données montrent aussi que la pandémie a touché les femmes beaucoup plus durement que les hommes et qu'elles risquent de perdre de nombreux acquis durement gagnés. Même avant la pandémie, les données révèlent que les écarts salariaux entre les sexes persistaient et que le taux d'activité des femmes était inférieur à 50 % dans un tiers des pays. Si ces écarts entre les sexes étaient comblés, le monde pourrait obtenir un « dividende de genre » de 172 000 milliards de dollars, soit près de deux fois le PIB annuel mondial.

C'est pourquoi il est essentiel d'exploiter des données et des statistiques plus nombreuses et de meilleure qualité sur le genre pour orienter efficacement les ressources vers la conception de politiques susceptibles d'améliorer la vie des femmes et des hommes.

Nous avons conçu le portail sur le genre pour qu'il soit utile à différents publics. Notre objectif premier est d'atteindre les décideurs politiques afin qu'ils utilisent les données sur le genre pour prendre des mesures fondées sur des faits. Mais nous avons aussi veillé à ce que les données sur le genre soient accessibles à d'autres parties prenantes, telles que les organisations de la société civile, les chercheurs, les spécialistes des données et les journalistes, qui peuvent ainsi les utiliser, les relayer auprès de leurs publics et de leurs communautés afin que de nouveaux débats sur l'égalité des sexes puissent susciter des discussions et des réformes politiques.

Alors que les pays cherchent à se relever de la pandémie de COVID-19 et à favoriser une reprise économique durable, les données sur le genre sont une base importante pour faire en sorte que la moitié de la population mondiale ne soit pas laissée pour compte. Or, réaliser de véritables changements en faveur de l’égalité des sexes nécessite des investissements supplémentaires, des modifications de la législation, des politiques et des interventions visant à modifier les normes sociales et de genre, et aussi de l’audace pour modifier les relations de pouvoir. Les données sur les inégalités entre les sexes peuvent être l’élément déterminant dont les décideurs ont besoin pour mettre en place des politiques inclusives et tenant compte du genre qui permettront aux filles et aux femmes de réaliser pleinement leur potentiel, et donc pour accélérer l’égalité ! 

Auteurs

Haishan Fu

Directrice du Groupe de données sur le développement au sein de la vice-présidence DEC, Groupe de la Banque mondiale

Prenez part au débat

DIALLO M Oumar
09 juin 2022

Bonjour,
Les quinze derniers années, jus-qua nos jours , scolarisation des filles et questions genre à été un vecteur essentiel du développement. le taux scolarisation des filles n'a cessé d'augmentés ainsi genre ne cesse de marqué des points tant au niveau instance de décisions (société civile, politique - parlement, gouvernent), mais beaucoup reste faire pour corriger certaine lacune qui empêchent l'évolution de la femmes exemple (législation, financement - investissement, salaires - revenus, sans oublier les droits coutumiers et religieux).
Souvent, nous sommes à l'abri des événements incertain la fragilité comme conflit - violence et pandémie COVID-19, sont des situations qui peuvent nuire les efforts consenties, avec le partenariat mondial du développement ( Coopération internationale de développement) ensemble nous pourrons relever le défi.
NB : Ravi, cordialement intéressant.