Il faut s’attaquer aux causes des mariages précoces : l’inégalité des sexes, la pauvreté, les coutumes et les grossesses précoces

|

Cette page en:

Selon l’UNICEF, le mariage précoce ou le mariage d’enfants, est une union où au moins une des personnes n’a pas encore 18 ans. Cela concerne principalement les jeunes filles dans les pays en développement, particulièrement dans mon pays, la République démocratique du Congo (RDC).

La situation des filles demeure préoccupante au regard des violences de tous genres dont elles sont victimes, malgré les lois censées les protéger, notamment la loi de 2009 sur la protection de l’enfant et celle de juillet 2016 sur le code de la famille. Malgré aussi la ratification par la RDC de plusieurs instruments juridiques internationaux, régionaux et sous-régionaux relatifs aux droits humains, le phénomène du mariage précoce perdure en RDC.

Selon les données officielles du ministère du Genre, de la famille et de l’enfant, 43 % des filles sont mariées avant d’atteindre leur majorité. Selon une enquête menée en 2018 par le Fonds des Nations Unies pour la population, 11 % des filles sont mariées avant l’âge de 15 ans et une adolescente sur cinq est mère avant 15 ans. Le mariage précoce demeure l’une des principales causes de déscolarisation chez les jeunes fille dans certains coins de la RDC, mais il a aussi un impact négatif direct sur la santé et le développement humain des filles mariées trop jeunes. Celles-ci sont plus affectées par les grossesses à risque, les viols et les violences physiques.

Comme la santé et l’éducation sont les bases du capital humain, qui lui-même est un facteur important de développement économique, on peut dire que le mariage précoce a un impact négatif indirect sur le capital humain et sur le développement économique de la RDC. C’est pourquoi il est nécessaire de définir des mécanismes pour mettre fin à ce phénomène d’autant que dans les pays en développement, particulièrement en RDC, les femmes représentent plus de 50% de la population.

La solution contre les mariages précoces est, premièrement, de s’attaquer à leurs causes car les mêmes causes produisent les mêmes effets. Les principales causes du mariage précoce sont : l’inégalité des sexes, la pauvreté, les coutumes et les grossesses précoces.

Nous pouvons mettre fin à l’inégalité des sexes, en encourageant avant tout la scolarisation de tous les enfants sans distinction de genre, et cela ne peut être possible que par la gratuité de l’éducation de base, car le coût de l’instruction explique que de nombreuses filles ne sont pas scolarisées et se marient trop jeunes.

Pour lutter contre la pauvreté, l’État doit améliorer la protection sociale et créer des emploi en promouvant les investissements privés, nationaux et internationaux, afin de diminuer le taux de chômage.

L’État doit aussi abolir certaines coutumes qui favorisent les mariage précoce.

Ensuite, il faut sensibiliser les filles sur les conséquences des grossesses précoces sur leur scolarisation et leur santé. Il faut aussi les aider à développer leurs compétences et leurs connaissances afin de leur permettre de revendiquer leurs droits, en élaborant bien sûr des projets qui se focalisent sur l’autonomisation des filles et sur le renforcement de leurs capacités, les filles doivent avoir le courage de dénoncer toute sorte des violences dont elles sont victimes.

Enfin, il faut instaurer des lois plus sévères pour décourager cette pratique, il faut aussi des commissions de suivi car les mariages précoces sont faits clandestinement. Il ne suffit pas d’instaurer seulement de lois, mais il faut les vulgariser et les appliquer car la non application des lois favorise cette pratique.

Prenez part au débat