Le mariage est un choix et un enfant ne peut pas choisir

|

Cette page en:

Pour moi, un mariage précoce, c'est un mariage avant l'heure. Subir un mariage précoce c'est être marié en étant encore très jeune. Dans mon pays, la Mauritanie, cette pratique est très courante surtout chez les jeunes filles. Selon une étude publiée par l'UNICEF le tiers des filles mauritaniennes sont mariéesavant l'âge de 18 ans.

Pour mettre fin à cette pratique, il faut :

  • Avant tout sensibiliser la population sur les dangers du mariage d'enfants. En effet, il peut être source de plusieurs maladies liées à la grossesse ou à l'accouchement. Afin d’informer la population, je propose de mettre en place des formations et des conférences de sensibilisation, de communiquer dans les médias, de coller des affiches publicitaires sur les murs, donner des concerts ou encore organiser des marches. Surtout dans le milieu rural où cette pratique est plus courante.
  • Lutter contre le gavage. Le gavage est une pratique culturellequi existe en Mauritanie. Elle consiste à faire ingurgiter des quantités de nourriture de façon exagérer aux jeunes filles dans le but de les faire grossir. Mine de rien, elle est à l'origine de nombreux mariages précoces parce qu'elle donne aux jeunes filles des formes et des rondeurs, les faisant ressembler à une femme. Comme elles font plus que leur âge, elles se font courtiser. Cette tradition est à bannir.
  • Faire appliquer et respecter les lois. La loi mauritanienne devrait interdire le mariage des jeunes de moins de 16 ans. Cela pourrait être autorisé à partir de 16 ans mais seulement avec leur consentement. Il faut interdire mais aussi veuillez à ce que cette loi soit respectée. Toute personne à l'origine ou participant au déroulement d'un mariage où l'un des deux époux est encore mineur devrait être sévèrement punie.
  • Faire en sorte qu'il y ait une parité homme-femme dans le milieu du travail. Les entreprises locales devraient valoriser les candidatures féminines et ce dans tous les secteurs d'activités parce qu’en Mauritanie les femmes occupent rarement des postes à haute responsabilité. Notre société voit la femme comme une épouse et plus tôt elle trouve un mari, plus elle a de la valeur. Ce qui pousse certaines familles à marier rapidement leurs filles. Si on arrive à avoir une parité dans le milieu de l'emploi cela encouragera les filles à aller étudier, elles n’auront pas besoin de se marier pour se sentir confiantes, indépendantes, libres de leurs choix et même valorisées.
  • Enfin, la meilleure façon de lutter contre les mariages précoces, c'est d'assurer l'avenir des jeunes filles, d'investir dans leur éducation afin qu'elles puissent se construire un meilleur avenir et une stabilité financière sans forcément envisager très tôt la vie avec un conjoint.

Certes le mariage est quelque chose de sacré, dans toutes les religions, toutes les cultures et toutes les sociétés humaines, il symbolise l'union de deux personnes devant Dieu et les hommes. Mais il perd sa pureté s’il constitue une obligation, un obstacle à l'éducation et à l'épanouissement personnel. Le mariage est un choix et un enfant ne peut pas choisir. Il ne doit pas être imposé. S’il constitue une source de bonheur pour les jeunes adultes quand ils sont prêts, le mariage peut aussi être cause de souffrance pour les enfants.

Auteurs

Binta Gadio

Lauréate du concours Blog4Dev en Mauritanie

Prenez part au débat