Le Niger peut-il échapper au piège démographique ?

|

Cette page en:

Le Niger, un pays enclavé dans la région du Sahel en Afrique, est l'un des pays les plus pauvres du monde. Avec une forte prévalence de mariages d'enfants et de grossesses précoces, le pays affiche actuellement un taux de fécondité de près de 7 enfants par femme, ce qui représente le taux de croissance démographique le plus élevé (3,8 %) au monde. Sa population devrait passer d'environ 23 millions d'habitants en 2019 à 30 millions en 2030 et atteindre 70 millions en 2050.

Quelles sont les implications économiques et sociales de ces chiffres démographiques ? Les spécialistes du développement s'accordent à dire qu'une fécondité élevée entrave les progrès du développement dans les pays pauvres, dont les indicateurs de développement humain sont également faibles. Selon une étude de la Banque mondiale datant de 2010, une fécondité élevée - définie comme cinq naissances ou plus par femme pendant la période de procréation de 15 à 49 ans - pose des risques pour la santé des enfants et de leurs mères, nuit à l'investissement dans le capital humain et ralentit la croissance économique. Considérons les statistiques suivantes, plutôt alarmantes, au Niger :

  • Alors que le taux de croissance moyen de l'économie nigérienne pour les trois dernières années (2016-2018) semble raisonnable à 5,4 %, une fois converti en croissance par habitant, le chiffre est faible à 1,5 %.
  • Les taux de pauvreté ont diminué au Niger, mais en raison de l'augmentation rapide de la population, le nombre de pauvres a augmenté. Entre 2005 et 2014, alors que l'incidence de la pauvreté monétaire est tombée d'environ 54 à environ 45 %, le nombre absolu de personnes vivant dans la pauvreté a augmenté de 6,8 millions en 2005 à 8,2 millions en 2014.
  • Avec 750 000 nouveaux enfants par an, l'État doit faire face à des demandes beaucoup plus importantes d'investissements dans les services d'éducation et de santé, qui sont en nombre limité et de qualité généralement médiocre. Par exemple, en 2019 :
    • Seulement 50 % environ des enfants ont reçu une couverture vaccinale complète, 44 % des enfants de moins de cinq ans présentent un retard de croissance et plus de 33 % d’entre eux souffrent d'insuffisance pondérale.
    • Environ sept Nigériens sur 10 sont analphabètes, à l'école primaire, seules quatre filles sur 10 atteignent la sixième année et les résultats d'apprentissage sont parmi les plus faibles de la région.
    • Il n'est donc pas surprenant que depuis 2010, le Niger se classe presque à l'avant-dernier rang de l'Indice de développement humain des Nations Unies.

Au Niger, le mariage des enfants a été mal interprété comme une voie vers la prospérité économique et vers une amélioration du statut social. Avoir plusieurs enfants a souvent été identifié comme un moyen de s'assurer un héritage et une richesse et, donc de gagner en autonomie et en pouvoir au sein d'une communauté.

Image
Rapport entre le niveau d'éducation et le mariage des enfants dans les pays de l'AOC (en pourcentage)
Rapport entre le niveau d'éducation et le mariage des enfants dans les pays de l'AOC (en pourcentage)

Le Niger peut-il sortir du piège démographique - défini comme une situation où la croissance démographique rapide dépasse et pèse sur la croissance économique ? Le Bangladesh, le Brésil, la Colombie et la Thaïlande font partie des pays qui ont réussi à réduire leurs taux de fécondité élevés. La réduction de la fécondité au Bangladesh a été bien étudiée.

Il semble que le Niger ait fait un premier pas dans la bonne direction. En 2014, le Niger a adopté le cadre institutionnel pour promouvoir la réduction de la fécondité en adhérant aux conventions internationales visant à abolir le mariage des enfants, qui entraîne un nombre plus élevé d'enfants. Avec l'aide des partenaires au développement, plusieurs projets ont été mis en œuvre pour améliorer l'accès à l'éducation et aux services de santé reproductive et sensibiliser les familles et les communautés aux effets néfastes du mariage des enfants. Comme des études ont montré que le plus grand impact sur la réduction de la fécondité élevée se produit lorsqu'une femme obtient une éducation de niveau secondaire, des hauts fonctionnaires et des personnalités publiques importantes (par exemple, les chefs de village, les imams) ont encouragé et mené des campagnes pour promouvoir l'éducation des filles et la réduction des mariages d'enfants.

Plus récemment, le Niger a adopté des réformes plus audacieuses pour s'attaquer au problème de la fécondité élevée. Le gouvernement nigérien (en partenariat avec le Groupe de la Banque mondiale) a commencé à s'attaquer aux racines des pratiques néfastes résultant des conventions et des normes sociales. Des réformes juridiques ont été adoptées pour supprimer les autorisations obligatoires des parents/maris pour que les adolescentes mariées puissent accéder à la planification familiale. Les adolescentes mariées et/ou enceintes, qui n'étaient pas autorisées à le faire, peuvent maintenant retourner à l'école.  Des comités de protection de l'enfance - une structure communautaire au niveau du village - ont été institutionnalisés pour promouvoir, sauvegarder et mettre en application le droit des filles, et les protéger contre le mariage d'enfants. Ces comités sont composés de représentants élus des communes/villages, d'agents de santé, d'enseignants et de chefs traditionnels/religieux. La participation de ces derniers est importante car ce sont eux qui ont célébré les mariages d'enfants, et ce sont les anciens de la communauté/du village qui prescrivent également les comportements qui sont acceptables et ceux qui ne le sont pas. Il y a également eu récemment une grande poussée pour mobiliser et coordonner les efforts. Le gouvernement a créé un Comité de haut niveau sur l'égalité des sexes - comprenant des entités publiques et non publiques (agences internationales et organisations non gouvernementales) - qui participe aux réformes en matière d'égalité des sexes.

Seul le temps nous dira si les Nigériens réussiront à relever ce qui semble être le défi de développement le plus important pour leur pays. Avec de bonnes politiques, de la détermination et de l'endurance, on peut espérer que le Niger pourra continuer à avancer sur la voie du développement, à réduire la fécondité et à améliorer les perspectives économiques de ses femmes, à créer des emplois pour sa population et à récolter le riche dividende démographique.

Auteurs

Vinaya Swaroop

Economic Adviser, Office of the Vice President, Africa Region, World Bank

Prenez part au débat