Éducation, fragilité, conflit et violence : comment assurer la sécurité et l'apprentissage des enfants ?

|

Cette page en:

Image
Fille à l'école dans un camp de réfugiés.
Fille à l'école dans un camp de réfugiés. Copyright : Shutterstock

L'actualité est dominée par les dernières vagues de réfugiés fuyant les conflits violents. Comme pour les précédentes vagues de personnes déplacées dans le monde entier, les 2.5 millions (et plus) de réfugiés ukrainiens sont composés de manière disproportionnée de femmes et d'enfants, dont la vie a été dramatiquement bouleversée. Outre le traumatisme qu'ils vivent aujourd'hui, le choc de cette guerre se fera sentir demain et au-delà, car beaucoup ne se remettront jamais complètement d'avoir vu leur parcours éducatif si perturbé.

Ce défi mondial massif et croissant que représente le nombre d'enfants vivant dans des situations de conflit et de violence exige une réponse à la même échelle et à la même portée. Notre engagement en faveur de l'éducation dans le contexte de la fragilité, du conflit et de la violence (FCV), qui s'élève à 6,2 milliards de dollars, a connu une croissance rapide ces dernières années, reflétant l'importance toujours croissante de l'agenda FCV dans l'éducation. En effet, ces projets représentent désormais plus de 25 % du portefeuille de la Banque mondiale consacré à l'éducation, qui s'élève à 23 milliards de dollars. Alors que notre soutien continue de croître pour faire face aux crises plus nombreuses et plus durables (y compris celles induites par les urgences climatiques), les investissements seront guidés par notre nouveau Livre Blanc. Ce document indique que l'éducation est particulièrement cruciale pour minimiser les effets de la fragilité et du déplacement sur le bien-être des jeunes et des enfants à court terme, et pour prévenir l'émergence de conflits violents à long terme. Il décrit la voie que nous proposons pour assurer la sécurité et l'apprentissage des enfants dans ces contextes très difficiles, en suivant les piliers de la Stratégie du GBM sur la Fragilité, les Conflits et la Violence. Nous nous concentrons ici sur les principaux messages de chaque pilier.

Premièrement, l'éducation peut prévenir les conflits et promouvoir la paix si les services fournis répondent à des griefs historiques, s'attaquent aux exclusions persistantes et contribuent à corriger les inégalités entre ethnies, religions, races, castes, langues ou autres. Nous l'avons vu dans le cas de la Somalie, où la reconstruction du système éducatif du pays a nécessité des négociations compliquées entre les États pour s'assurer que les efforts fédéraux de financement des services n'exacerbent pas les inégalités entre les régions, ou n'alimentent pas d'autres conflits et tensions civils. Le succès de cette reconstruction exige une analyse minutieuse des facteurs de conflit, de sorte que les risques et les options sur la table soient bien considérés et compris.

Deuxièmement, l'éducation offre la promesse de promouvoir la paix au niveau individuel et sociétal. Le contenu des programmes scolaires et les approches pédagogiques sont des avantages uniques du système éducatif pour la promotion de la paix. Les élèves, les enseignants et les chefs d'établissement doivent être soutenus pour tirer le meilleur parti de cet avantage. Grâce à Ahlan Simsim, un programme géré par l'IRC et Sesame Workshop, les enfants réfugiés syriens, ainsi que les enfants vivant dans les communautés d'accueil, acquièrent très tôt les compétences socio-émotionnelles qui jetteront les bases sociétales de la tolérance et de l'acceptation de l'autre.  

L'élimination des disparités entre les sexes multiplie également les efforts de consolidation de la paix. S'attaquer aux inégalités qui sous-tendent les disparités entre les sexes - en plus de garantir les droits humains fondamentaux - aura un effet multiplicateur sur les efforts visant à favoriser l'inclusion, la cohésion sociale et, en définitive, une paix durable. Nous nous faisons ici l'écho de ce que Malala Yousafzai et d'autres ont demandé, plus récemment en ce qui concerne le financement de l'éducation des filles en Afghanistan à l'échelle nécessaire pour servir la génération de filles actuellement interdites de poursuivre leur éducation.

La stratégie FCV de la Banque mondiale nous invite à rester engagés dans les situations de conflit actif. Les années à venir verront une extension substantielle de nos activités dans les situations de crise et les conflits actifs. Le partenariat avec les acteurs de l'humanitaire et de la construction de la paix devra s'étendre, et des alternatives locales aux partenaires mondiaux traditionnels devront être explorées. Au Yémen et en Afghanistan, le partenariat avec l'UNICEF a été une stratégie cruciale pour aider à assurer la continuité des services d'éducation, par exemple, en utilisant les mécanismes de l'ONU pour financer les salaires des enseignants, ou par le biais d'écoles communautaires gérées par l'ONU.

Outre l'élargissement des partenariats qui ont fait leurs preuves, l'expérimentation de nouveaux accords de collaboration avec les acteurs locaux occupera également une place plus importante. Travailler avec ceux qui sont les plus proches des écoles et des élèves touchés permet une réponse plus rapide à la crise, intégrée dans les structures des communautés que nous cherchons à servir. Ces partenariats non testés exigeront une plus grande tolérance au risque et l'adoption d'accords fiduciaires aussi souples que possible. 

La transition vers la stabilité exige une série de réformes qui font passer les populations touchées par la crise du statut de bénéficiaires de l'aide humanitaire à celui de participants au développement. Les systèmes d'alerte précoce sont un moyen de renforcer les fonctions de l'État pour identifier, éviter et/ou gérer les crises futures. Notre travail renforcera également les fonctions gouvernementales par le biais de protocoles permanents pour l'intégration des personnes déplacées et des réfugiés dans les écoles/systèmes éducatifs, la construction d'infrastructures résistantes au climat et d'écoles pouvant servir d'abris d'urgence en temps de crise. L'investissement dans les capacités de l'État au niveau le plus proche des bénéficiaires sera également renforcé. Notre travail en Haïti, par exemple, a montré que les municipalités et les districts sont de fortes sources de résilience et de stabilité, fournissant une base sur laquelle (re)construire.

Le soutien aux réfugiés et aux déplacés internes ne doit pas exclure les communautés d'accueil qui sont souvent confrontées aux mêmes défis qui ont conduit au déplacement forcé et qui ont donc autant besoin que les populations qu'elles accueillent. L'intégration dans les systèmes d'éducation publique est souvent la seule solution financièrement viable à long terme aux situations prolongées auxquelles sont confrontées les personnes déplacées. Investir dans les structures d'enseignement public existantes permet d'éviter les pièges de la création de systèmes parallèles dont les perspectives de durabilité à long terme sont plus sombres. Des expériences dans des contextes aussi divers que la Turquie, le Liban et le Cameroun ont montré que le rôle préférentiel de la Banque mondiale dans le soutien aux gouvernements clients nous place dans une position unique pour soutenir l'intégration de l'éducation des réfugiés dans les systèmes des pays hôtes. C'est le message principal du Pacte mondial sur les réfugiés, dirigé par le HCR, que nous approuvons sans réserve.

Les idées sous ces piliers façonneront nos engagements dans les contextes FCV. Ils seront de plus en plus complexes et prolongés et exigeront de la flexibilité, de la tolérance au risque, un renforcement patient des capacités, ainsi qu'une concentration sur la garantie d'opportunités équitables. La réponse opérationnelle doit correspondre à l'ampleur massive des crises d'apprentissage et de fragilité auxquelles nous assistons. Le succès de cette réponse repose sur la collaboration et l'apprentissage des partenaires humanitaires qui ont des programmes de longue date dans ces endroits les plus difficiles à desservir. Ces partenariats – et partenaires – doivent être correctement financés pour garantir des résultats à long terme. Cela nécessite également de nouveaux partenariats avec les acteurs locaux les plus proches des populations que nous cherchons à servir, afin que nos engagements soient intégrés dans les structures communautaires qui les soutiendront et fourniront une source de stabilité sur laquelle bâtir pour l'avenir.

Auteurs

Keiko Miwa

Regional Director, Human Development, Middle East & North Africa

Peter Holland

Responsable du programme REACH

Prenez part au débat