Pourquoi Levi Strauss se joint à une course que tout le monde peut gagner

|

Cette page en:

Phnom Penh, Cambodge Photo: Chhor Sokunthea / Banque mondiale


​L’industrie mondiale de l’habillement a dû faire face, ces dernières années, à un certain nombre de réalités fort pénibles. On lui reproche de s’engager dans une « course nivelée par le bas » particulièrement critiquée pour ce qui touche aux conditions de fabrication de certains vêtements.
 

Levi Strauss & Co. a depuis longtemps érigé en priorité le respect par ses fournisseurs de normes rigoureuses en matière de conditions de travail, d’environnement, de sécurité et de santé. En 1991, nous avons été la première multinationale du textile à établir des « conditions d’engagement » à l’intention de nos sous-traitants. Ce code de conduite est aujourd’hui assorti d’un programme qui permet d’évaluer le degré de conformité de nos fournisseurs, de mettre en évidence les problèmes éventuels et d’y remédier.
 
Au fil des ans, notre code de conduite a fait des émules et l’industrie textile a accompli des progrès importants sur le plan de la transparence relative à la provenance des produits et de l’amélioration des conditions de travail. Mais, pour que ces avancées aboutissent à une transformation d’envergure et généralisée à l’ensemble du secteur, il faut à présent tester de nouvelles approches. Nous devons trouver de nouvelles méthodes pour récompenser les sous-traitants qui font preuve de pratiques exemplaires et les inciter dans ce sens.
 
Voilà pourquoi c’est pour nous un honneur d’œuvrer aux côtés de la Société financière internationale (IFC) (a) dans le cadre de son Programme mondial de crédit aux fournisseurs pour le financement du commerce (GTSF). Cette initiative innovante et originale offre des incitations financières aux fabricants de vêtements affichant de bons indicateurs de durabilité.
 
Le programme GTSF ouvre des perspectives enthousiasmantes pour notre activité. Nous sommes convaincus que les avantages financiers qu’il prévoit inciteront nos fournisseurs à poursuivre leurs efforts sur le plan de la durabilité et de la responsabilité sociale. Et, si le programme GTSF est un succès, nous espérons que l’IFC l’étendra au reste du secteur. En poursuivant sur cette voie, ce type d’investissement aura des répercussions en chaîne sur les économies des pays en développement.
 
Nous avons bon espoir que notre vœu se réalise. Pour nous, le succès sera total le jour où ce type de programme sera étendu à l’ensemble de notre secteur, aux autres marques, détaillants et fournisseurs. Nous avons pour ambition de créer un nivellement « par le haut » grâce auquel tous les acteurs de l’industrie de la confection sortiront grandis et gagnants.

Auteurs

David Love

Chief Supply Chain Officer, Levi Strauss & Co.

Prenez part au débat