Le pont Brazza-Kinshasa, symbole du e-développement responsable des deux Congo

|

Cette page en:



Nous sommes en 2050, il y a quelques mois, notre pays le Congo Brazzaville faisait un pas de géant dans son processus de développement et d’intégration régionale en inaugurant conjointement avec son voisin, le Congo Kinshasa, un pont de 1,5 Km de long, comportant un péage, une voie ferrée, une route et une voie piétonne. Cela a définitivement fusionné nos deux capitales, les plus rapprochées du monde mais longtemps séparées par le fleuve Congo.

En effet, 35 ans en arrière, nous rallions encore nos deux pays par pirogue et canot rapide. Mais aujourd’hui, ce pont, nous permet de dessiner l’avenir dans une nouvelle réalité de libre circulation des biens et des personnes. Ce projet est le fruit des différentes réformes apportées par l’expansion de la 4ème Révolution numérique de la République du Congo, qui a radicalement transformé les emplois tout en améliorant les conditions de vie des populations et en mettant fin à la famine.

Revenons un peu sur les progrès technologiques que l’on avait pu observer au cours d’une dizaine d’années et l’impact qu’ils ont eu sur la réalisation de ce merveilleux projet de construction du pont. Le pays a vu naître des écoles spécialisées dans les énergies renouvelables, l’agribusiness, la finance numérique, l’intelligence artificielle, les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STIM). L’internet des objets, l’e-commerce, l’e-gouvernement, l’e-développement et l’e-tourisme se sont développés. Sans compter les avancées dans l’apprentissage technologique, la médecine, l’utilisations des données massives, le pilotage des drones …

Grâce à cette multitude d’ingénieurs, de spécialistes et de consultants formés dans nos écoles, nous avons :

  • optimisé les délais d’élaboration du projet de pont en recourant à l’impression 3D ;
  • simplifié le quotidien des employés et de tous les Congolais en leur permettant d’accéder en temps réel à leur compte bancaire par le biais de la 5G. Ils ont ainsi pu subvenir aux besoins financiers, alimentaires et d’éducation de leur famille en leur transférant de l’argent via le service de paiement mobile ;
  • électrifié le chantier en utilisant des énergies solaires et hydroélectriques fournies par quantité de panneaux solaires positionnés au-dessus du fleuve, dotés d’un système de positionnement dynamique avec liaison satellitaire (à l’aide du satellite africain lancé par le Ghana) permettant de garder les coordonnées préalablement définies. Parallèlement, le barrage hydroélectrique de INGA phase 6, construit sur le fleuve Congo, complète le besoin en électricité du chantier et fournit de l’énergie à toute l’Afrique centrale et de l’Est.
  • nourri le personnel du chantier avec une nourriture abondante et variée, produite en République du Congo suite à l’autonomisation de l’agriculture avec des systèmes modernisés d’arrosage et d’irrigation reliés à des robots et pilotés par smartphone. Et surtout, grâce au réseau de drones qui ont permis d’améliorer la surveillance des cultures et la distribution d’intrants.

Alors revenons en 2019 et rappelons à nos pays que c’est en embrassant toutes ces avancées technologiques et en réalisant enfin ce pont que les deux Congo créeront des emplois et participeront à un e-développement responsable.

Auteurs

Amour-Freddy Bilombo Bazedimba

Lauréat du concours Blog4Dev2019 en République du Congo

Prenez part au débat