Que nous apprend l'imagerie satellitaire sur l'économie algérienne ?

|

Cette page en:

Il peut être difficile d'appréhender les évolutions économiques lorsque les données sont agrégées et publiées avec un délai. En Algérie, par exemple, les données sur le PIB sont disponibles jusqu'au quatrième trimestre 2022. Pour les compléter, nous montrons que l'imagerie satellitaire capturant l'intensité de l'éclairage nocturne, publique et disponible en temps utile, est un bon indicateur de l'activité économique. L’éclairage nocturne des sites de production et de transformation du pétrole et du gaz produit un estimateur fiable du PIB des hydrocarbures, tandis que le lien statistique entre l’éclairage nocturne qui exclut ces sites et le PIB hors-hydrocarbures est encore plus robuste.  À l'aide de ces données, nous produisons un proxy pour le PIB avec un délai d'un mois et examinons les dynamiques régionales de croissance.

 

Les données d'intensité de l'éclairage nocturne peuvent être utilisées pour suivre l'activité économique de l'Algérie, à condition de séparer l'activité hydrocarbures de celle hors hydrocarbures. Au cours de la dernière décennie, de nombreuses études ont montré que les données d'éclairage nocturne étaient un indicateur fiable de l'activité économique. Elles sont disponibles quotidiennement avec un délai minimal et une granularité spatiale élevée, et sont librement accessibles sur le site Web du Earth Observation Group et de la NASA. La Banque mondiale a créé un tutoriel pour aider les chercheurs à les utiliser de manière indépendante (voir le lien ici). Récemment, Roberts et al. (2020) ont utilisé l'éclairage nocturne pour suivre l'impact de la crise de la COVID-19 dans 47 villes de la région MENA, dont Alger, Oran et Constantine. Bien que ces données puissent être utilisées pour fournir un indicateur opportun et spatialement désagrégé de l'activité économique en Algérie, la taille du secteur des hydrocarbures du pays pose des défis supplémentaires. La production et la transformation du pétrole et du gaz naturel génèrent d'importantes quantités de lumière, ce qui est notamment visible autour du champ pétrolier de Hassi Messaoud (wilaya de Ouargla), du champ gazier de Hassi R'mel (Laghouat, Ghardaïa), ainsi que dans les wilayas (provinces) productrices de pétrole et de gaz d'Adrar et d'Illizi (figure 1). Il convient donc d'analyser séparément l'activité hydrocarbures et celle hors hydrocarbures.

Les champs pétroliers et gaziers d'Algérie émettent d'importantes lumières nocturnes.

Note : Hassi R'mel est entouré en bleu, Hassi Messaoud en rouge, les champs pétroliers et gaziers d'Adrar et d'Illizi sont respectivement en jaune et en vert.
Note : Hassi R'mel est entouré en bleu, Hassi Messaoud en rouge, les champs pétroliers et gaziers d'Adrar et d'Illizi sont respectivement en jaune et en vert.

 

La corrélation entre le PIB des hydrocarbures et l'éclairage nocturne provenant des sites de production et de transformation du pétrole et du gaz est remarquable. Nous isolons l'éclairage nocturne associé au torchage du gaz en utilisant les coordonnées géographiques des sites de torchage fournies par l'initiative mondiale de réduction du torchage du gaz de la Banque mondiale. Dans un modèle économétrique simple, l'éclairage nocturne issu du torchage explique 94 % du niveau de production mensuel de pétrole brut. De même, l'éclairage hors-torchage dans les wilayas productrices de gaz explique 69 % du niveau de production mensuel de gaz naturel, avec un coefficient statistiquement significatif sur l'éclairage du champ gazier de Hassi R'mel. En ajoutant l'éclairage issu du torchage des usines de raffinage de pétrole et de liquéfaction de gaz à Arzew et Skikda, l'éclairage nocturne explique 80 % de la valeur ajoutée réelle trimestrielle des hydrocarbures (figure 2).

L'éclairage nocturne est un indicateur tout aussi robuste de l'activité hors hydrocarbures de l'Algérie. Nous modélisons le PIB réel hors hydrocarbures en utilisant l'éclairage nocturne hors-torchage dans les quatre plus grandes régions de l'Algérie (Nord-Ouest, Centre-Nord, Nord-Est et Hauts Plateaux de l'Est), qui représentent environ 80 % de la population du pays. Dans une régression univariée, l'éclairage nocturne explique 87 % du niveau du PIB réel hors hydrocarbures, indicateur qui passe à 93 % lorsque l'on tient compte de la tendance et de la saisonnalité des données. Nous estimons qu'une augmentation de 1 % de l'éclairage nocturne est associée à une augmentation de 0,5 % du PIB hors hydrocarbures (figure 3).

Figure 2 : L'éclairage nocturne issu des sites de production d'hydrocarbures représente de manière fiable le PIB des hydrocarbures de l'Algérie.

Figure 2 : L'éclairage nocturne issu des sites de production d'hydrocarbures représente de manière fiable le PIB des hydrocarbures de l'Algérie.

Figure 3 : L'éclairage nocturne hors hydrocarbures permet une estimation fiable du PIB hors hydrocarbures de l'Algérie.

Figure 3 : L'éclairage nocturne hors hydrocarbures permet une estimation fiable du PIB hors hydrocarbures de l'Algérie.

Source : Estimations de la Banque mondiale basées sur les données de la NASA et de l'ONS.

Par conséquent, l'éclairage nocturne est une bonne approximation de l'activité économique en Algérie et renseigne sur les dynamiques de croissance régionale. Notre indicateur d'éclairage nocturne a correctement estimé le taux de croissance moyen du PIB hors hydrocarbures et des hydrocarbures de 2013 à 2016, ainsi que l’important ralentissement de 2017 à 2019. Les régions des Hauts Plateaux de l'Est et du Nord-Ouest ont été les principaux moteurs de la croissance hors hydrocarbures entre 2013 et 2016, mais ont connu un ralentissement plus important avant la crise de la COVID-19. À l'inverse, la région du Centre-Nord, où se trouve Alger, a soutenu la croissance de 2017 à 2019. La forte contraction économique lié à la COVID-19 a touché toutes les régions en 2020, mais la région Nord-Est a connu une baisse particulièrement forte. Enfin, la région des Hauts Plateaux de l'Est a connu une reprise plus rapide de l'activité économique (figure 4).

La fiabilité du modèle permet une estimation de la croissance du PIB sur les trois premiers trimestres de 2023. Des estimations en temps utile de l'activité économique sont essentielles pour les décideurs, les entrepreneurs et les investisseurs et, alors que les données des comptes nationaux de l'Office National des Statistiques sont disponibles jusqu'au quatrième trimestre 2022, nos estimations basées sur l'éclairage nocturne sont disponibles avec un décalage d'un mois seulement. Ces dernières indiquent que la solide croissance hors hydrocarbures en 2022 s'est poursuivie au cours des neuf premiers mois de 2023, suggérant une croissance de 4,5 % en glissement annuel. Compte tenu de la stabilité de la production des hydrocarbures, la croissance du PIB se serait accélérée pour atteindre 3,6 % au cours des neuf premiers mois de l’année. Cette croissance serait plus rapide que durant les années pré-COVID et rappelle la performance de croissance de l'Algérie avant 2015. Entre-temps, la décélération apparente en 2023 aurait été tirée par la région du Centre-Nord, notamment la wilaya d'Alger (figure 5).

Figure 4 : Le redressement de l'Algérie à la suite du choc de la COVID-19 semble avoir été transrégional

Figure 4 : Le redressement de l'Algérie à la suite du choc de la COVID-19 semble avoir été transrégional

Figure 5 : Le ralentissement observé en 2023 semble dû à celui de la wilaya d'Alger.

Figure 5 : Le ralentissement observé en 2023 semble dû à celui de la wilaya d'Alger.

Source : Estimations de la Banque mondiale basées sur les données de la NASA et de l'ONS. Note : Variations en glissement annuel de l'éclairage nocturne. Dans la figure 4, les données de 2023 se réfèrent aux données des neuf premiers mois.

Compte tenu de sa valeur ajoutée, l'analyse des données d'éclairage nocturne fait désormais partie intégrante du Rapport de Suivi de la Situation Économique semestriel de la Banque mondiale sur l'Algérie (voir la dernière mise à jour ici). Ces données satellitaires font partie d'un ensemble croissant de données non conventionnelles et de données massives (big data) utilisées pour compléter les sources nationales et internationales classiques, afin de mieux prendre le pouls de l'économie algérienne et du bien-être de ses citoyens, et en temps utile.

Auteurs

Cyril Desponts

Économiste senior dans le pôle d’expertise global en macroéconomie, commerce et investissement de la Banque mondiale

Eric Le Borgne

Chef d’unité pour le MENA dans le pôle d’expertise global en macroéconomie, commerce et investissement de la Banque mondiale

Prenez part au débat