Amérique latine : tout savoir sur les blocs commerciaux et le poids respectif des deux plus grands

|

Cette page en:

Les blocs commerciaux sont des accords intergouvernementaux censés procurer des gains économiques à leurs membres à travers l’abaissement des barrières aux échanges. Certains, comme l’Union européenne, l’ALENA et l’Union africaine, sont très connus.

Parce qu’ils encouragent les investissements directs étrangers, renforcent la concurrence et dopent les exportations, ces blocs peuvent se révéler très bénéfiques pour les pays qui en font partie.

En Amérique latine, le Mercosur et l’Alliance du Pacifique, de constitution plus récente, représentent ensemble 93 % environ du PIB de la région (prix du marché de 2014). Quels sont les pays membres de ces blocs et leurs avantages comparés ?

Taille, pays membres et performance du Mercosur et de lAlliance du Pacifique

Amérique latine : tout savoir sur les blocs commerciaux et le poids respectif des deux plus grands


​​L’Alliance du Pacifique a été constituée en 2011 par le Chili, la Colombie, le Mexique et le Pérou. Ensemble, ces quatre pays affichent une population de quelque 221,3 millions d’habitants et un PIB de 2 100 milliards de dollars. Le Marché commun du Sud (Mercosur), créé en 1991, réunit l’Argentine, le Brésil, le Paraguay, l’Uruguay et le Venezuela. À eux cinq, ces pays ont une population de 285,0 millions d’habitants et un PIB de 3 500 milliards de dollars.
 
Le commerce intra-bloc, normalement dopé par ce type d’accords, représente environ 4 % du total des échanges de l’Alliance du Pacifique, contre 14 % environ pour le Mercosur.

Quant aux échanges avec le reste du monde, l’Alliance du Pacifique commerce surtout avec les États-Unis (environ 50 % des transactions), une situation due aux liens étroits du Mexique avec ce pays, contre 11 % pour les pays du Mercosur. La Chine représente entre 12 à 14 % des échanges totaux des deux groupements.

Les échanges entre membres des deux blocs latino-américains ne progressent que lentement

La croissance de l’activité entre membres reste atone, surtout dans le cas du Mercosur où elle a même reculé de 3 % par rapport à son niveau d’avant la crise de 2008. De même et malgré un meilleur dynamisme, le commerce intra Alliance du Pacifique marque le pas, après l’essor enregistré en 2011, l’année de la signature de l’accord.

Les pays membres connaissent une croissance modeste depuis la crise financière

L’une des grandes vocations des blocs commerciaux est d’aider les pays membres à se développer. Entre 2011 et 2014, les pays de l’Alliance du Pacifique ont enregistré une croissance annuelle moyenne du PIB réel de 3,1 %, contre 1,5 % pour les pays du Mercosur. Mais aucun des deux blocs n’a retrouvé les niveaux soutenus d’avant la crise financière de 2008 (autour de 5 %).

L’élargissement des blocs est à l’ordre du jour, mais avec des résultats variables en termes d’exportations et d’importation

Entre 2011 et 2014, les exportations en provenance de l’Alliance du Pacifique ont progressé en moyenne de 4,2 %, tandis que celles des pays du Mercosur reculaient de 1,2 %. Dans le même temps, la hausse des importations par les pays du Mercosur est en recul constant depuis 2011, avec un repli de 5,3 % en 2014. Dans les pays de l’Alliance du Pacifique, la croissance des importations reste positive, après l’effondrement de 2008-2009 et la rapide reprise de 2010.

Les deux blocs envisagent un élargissement, à la Bolivie dans le cas du Mercosur et au Costa Rica pour l’Alliance du Pacifique. Pour le Mercosur, cela représentera une hausse de 3,8 % de la population (295,9 millions d’habitants), contre 2,2 % pour l’Alliance du Pacifique (autour de 226,2 millions). En termes nominaux, le PIB augmentera d’environ 1 % pour les pays du Mercosur et de 2 % pour les pays de l’Alliance du Pacifique.

Indicateurs utilisés dans ce billet de blog :
NY.GDP.MKTP.CD, PIB (en dollars courants)
SP.POP.TOTL, population
NY.GDP.MKTP.KD, PIB (en dollars constants de 2005)
NE.EXP.GNFS.KD, exportations de biens et de services (en dollars constants de 2005)
NE.IMP.GNFS.KD, importations de biens et de services (en dollars constants de 2005)

Autres grandes sources de données : World Integrated Trade Solution, Banque mondiale (WITS), Perspectives de l’économie mondiale, FMI (WEO

Auteurs

Saulo Teodoro Ferreira

Economist/Statistician - Financial Sector

Prenez part au débat