Le nombre de réfugiés a atteint un nouveau record en 2018

|

Cette page en:

Le nombre de réfugiés dans le monde a atteint un nouveau record en 2018, pour passer à 25,9 millions de personnes, contre 25,4 millions en 2017 , selon le dernier rapport du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et les estimations les plus récentes de la Banque mondiale. Depuis 2011, le nombre d'individus sollicitant une protection internationale hors des frontières de leur pays a augmenté de 70 %.

Les pays dont sont originaires les plus gros contingents de réfugiés sont, par ordre décroissant, la République arabe syrienne, l’Afghanistan, le Soudan du Sud, le Myanmar, la Somalie et le Soudan. En 2018, plus de la moitié (56 %) des réfugiés dans le monde provenaient de ces six pays. Le nombre de réfugiés syriens, sud-soudanais et du Myanmar a connu une hausse rapide ces dernières années.

Vers quels pays les réfugiés se tournent-ils ? La majorité d’entre eux vivent dans les pays voisins de leur pays d’origine . Six pays seulement accueillent plus de la moitié des 26 millions de réfugiés dans le monde : la Turquie, la Jordanie, la Cisjordanie et Gaza, le Liban, le Pakistan et l’Ouganda. En y ajoutant les huit pays d’accueil suivants, on atteint une proportion de 75 % : Allemagne, Bangladesh, République démocratique du Congo, Éthiopie, Iran, Soudan du Sud, Syrie et Tchad. Les régions du monde qui accueillent le plus grand nombre de réfugiés sont le Moyen-Orient/Afrique du Nord, l’Afrique subsaharienne, l’Europe/Asie centrale et l’Asie du Sud. Les pays d'accueil sont pour la plupart des économies à revenu faible ou intermédiaire.

Ces chiffres seront bientôt disponibles dans la base de données des Indicateurs du développement dans le monde. Disposer de statistiques est essentiel pour suivre l’évolution de la situation et orienter l’action de la communauté internationale. Mis en place en 2016, le Groupe d’experts sur les statistiques relatives aux réfugiés et aux personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays (EGRIS) (a) poursuit ses efforts pour fournir des données plus fiables et de qualité. Consultez ce billet (a) pour en savoir plus sur les activités de la Banque mondiale dans le cadre de l’EGRIS.

Auteurs

Prenez part au débat