5 choses à savoir sur les FinTech

|

Cette page en:

De l'intelligence artificielle aux applications mobiles, la technologie permet d'accroître l'accès à des produits et services financiers sécurisés et efficaces. 

Sachant l'opportunité que représentent les FinTech pour stimuler la croissance économique et élargir l'inclusion financière dans tous les pays, le FMI et la Banque mondiale ont réalisé un sondage auprès des banques centrales, des ministères des finances et d'autres organismes dans 189 pays sur un éventail de sujets. L'enquête a reçu 96 réponses.

Un nouveau document (a) présente en détail les résultats de l'enquête ainsi que les conclusions d'autres études régionales, et identifie également les domaines de coopération internationale — y compris les rôles du FMI et de la Banque mondiale — dans lesquels les gouvernements, les organisations internationales et les organismes de normalisation doivent poursuivre leurs travaux.

« La cybersécurité est au premier plan dans l'esprit de tous les pays. »

Quelques tendances intéressantes et surprenantes ont émergé de l'enquête : la cybersécurité est au premier plan dans l'esprit de tous les pays.

1. La cybersécurité et les risques liés à la protection des données ne connaissent pas de frontières, avec des retombées dans tous les secteurs et tous les pays , et les gouvernements s'efforcent de maîtriser la question. La sensibilisation aux cyberrisques est élevée dans tous les pays et la plupart des administrations ont mis en place des cadres pour protéger les systèmes financiers. La plupart des juridictions —79 % de celles qui ont des revenus plus élevés selon les résultats du sondage — ont identifié les cyberrisques comme étant un problème pour le secteur financier.

Mais les résultats de l'enquête suggèrent que seulement un tiers des juridictions ont analysé les interdépendances technologiques entre les réseaux, les systèmes ou les processus au sein du secteur financier ou ont examiné les risques de concentration parmi les grands fournisseurs de technologie qui pourraient menacer l'infrastructure financière. Une proportion élevée — 83 % des pays à revenu élevé — font état d'une certaine surveillance des cyberrisques liés aux fournisseurs de services tiers, mais seulement la moitié des administrations à faible revenu ont fixé des exigences minimales.

2. L'Asie est en avance sur les autres régions dans de nombreux aspects de la technologie financière En Chine, l'échelle massive de ses marchés et une " touche légère " réglementaire dans les premières années ont soutenu le développement de Fintech, avec la Chine émergeant comme un leader mondial. En Inde, l'adoption à grande échelle des paiements mobiles et l'augmentation des transferts d'argent ont stimulé la croissance des paiements mobiles.

Mais l'utilisation de la FinTech dans la région présente de grands écarts entre les riches et les pauvres, les hommes et les femmes, et les zones rurales et urbaines.

3. L'Afrique subsaharienne est un leader mondial dans l'innovation, l'adoption et l'utilisation des transferts d'argent mobile . La région devance toutes les autres régions du monde en terme de comptes d'argent mobile par habitant (comptes enregistrés et actifs), de points de vente d'argent mobile et de volume des transactions d'argent mobile. Près de 10% du PIB en transactions se font par le biais de l'argent mobile, contre seulement 7% du PIB en Asie et moins de 2% du PIB dans les autres régions. Dans toute l'Afrique, l'adoption et l'utilisation de la technologie dans la fourniture de services financiers est en train de changer la manière dont les fournisseurs de services financiers opèrent et fournissent des produits et services à leurs clients.

4. La situation en Europe n'est pas uniforme quant à l'adoption des FinTech . Compte tenu de l'importance de l'accès à la téléphonie mobile et à l'internet, les FinTech ont le potentiel d'améliorer l'accès et le recours aux paiements et aux autres services financiers en Europe. La modernisation des cadres politiques de l'UE en matière de données a contribué à clarifier les droits et les obligations dans l'économie des données, une question que de nombreux pays doivent aborder. Toutefois, il existe d'importantes différences régionales dans l'adoption de la finance numérique, la prévalence des paiements en espèces, la propriété et l'utilisation des comptes, ainsi que l'épargne et le crédit dans la région. Par exemple, il existe également un écart considérable entre le Royaume-Uni et le reste de l'Europe — ce pays étant nettement en avance par rapport au reste de l'Europe tant en termes d'innovation que d'investissement dans les technologies de pointe.

5. Les monnaies numériques soutenues par les banques centrales pourraient devenir réalité . L'enquête révèle des opinions très diverses des pays sur les monnaies numériques des banques centrales. Environ 20 % des entités interrogées ont déclaré qu'elles étudiaient la possibilité d'émettre de telles monnaies. Mais même dans ce cas, les travaux n'en sont qu'au stade de balbutiements ; seuls quatre projets pilotes ont été signalés. Les principales raisons invoquées en faveur de l'émission de monnaies numériques sont la réduction des coûts, l'efficacité accrue de la mise en œuvre de la politique monétaire, la lutte contre la concurrence des cryptocurrences, la garantie de la contestabilité du marché des paiements et l'offre d'un instrument de paiement sans risque pour le public.


Publié initialement en anglais sur le blog du FMI.

Auteurs

Tobias Adrian

Financial Counsellor and Director of the IMF's Monetary and Capital Markets Department

Ceyla Pazarbasioglu

Vice-présidente pour le pôle Croissance équitable, Finance et Institutions (EFI), Groupe de la Banque mondiale

Prenez part au débat