Cinq enseignements pour des investissements efficaces dans le capital humain

|

Cette page en:

A sustainable and nutritious food system in Ghana is creating jobs for youth, producing healthy livestock and nutritious food for farmers to sell and people to eat. Photo: © Dasan Bobo/World Bank
Un système alimentaire durable au Ghana crée des emplois pour les jeunes, en produisant du bétail sain et des aliments nutritifs que les agriculteurs peuvent vendre et que les populations peuvent consommer. © Dasan Bobo/Banque mondiale

Singapour peut se targuer de posséder un système éducatif de premier ordre. Comment le pays est-il parvenu à équilibrer créativité et besoin croissant de compétences analytiques et d’esprit d’équipe ?

Le Ghana a su améliorer sensiblement ses taux nets de scolarisation, qui sont passés de 65 % en 2000 à 85 % en 2017 dans le primaire. Il a aussi fait chuter les retards de croissance dans l’enfance, de 35,4 % en 2003 à 18,8 % en 2014. Comment cette expérience pourrait-elle inspirer les plans d’investissement dans le capital humain d’autres pays ?

Au Maroc, l’extension de la couverture d’assurance maladie et l’instauration d’un système de soins subventionnés pour les populations les plus démunies ont considérablement amélioré l’accès aux services de santé. Quelles pistes les autorités pourraient-elles suivre pour continuer d’investir dans leurs concitoyens ?

Les autorités des Philippines ont conçu, défendu et financé un large éventail de politiques visant à renforcer les compétences, la santé et l’état nutritionnel des habitants. Quelles ont été les mesures les plus efficaces ? Que reste-t-il à faire ?

Voilà un échantillon des questions abordées dans les études de cas sur le capital humain à Singapour (a), au Ghana (a), au Maroc (a) et aux Philippines (a), qui viennent de paraître.

Malgré des contextes et des situations économiques différentes entre ces quatre pays, plusieurs enseignements communs peuvent être retirés de ces études, qui seront particulièrement utiles à tous les autres pays qui réfléchissent à des stratégies d’investissement dans leur capital humain.

1. Faire preuve d’un engagement politique durable en faveur du développement du capital humain.

La continuité des politiques d’investissement, indépendamment de la succession des gouvernements, est la clé de la concrétisation d’objectifs à long terme, quels qu’ils soient. C’est particulièrement vrai quand il s’agit de développer le capital humain, une entreprise qui peut prendre des décennies, voire des générations.

Aux Philippines, les administrations successives ont perpétué de solides stratégies pour améliorer la santé, l’éducation et les compétences de la population. Des investissements suffisants dans les capacités et une bonne gouvernance renforceront l’impact de ces initiatives sur le terrain.

Singapour s’est fixé des objectifs clairs de développement du capital humain à long terme, qui ont guidé ses investissements depuis des décennies dans la santé et l’éducation. Les progrès impressionnants en termes de capital humain, croissance économique et productivité témoignent de l’efficacité de cette stratégie.

Au Maroc, grâce à l’engagement des différents gouvernements en faveur de l’éducation, la scolarisation en primaire est quasi universelle. Cet engagement politique sur la durée n’a en revanche pas concerné d’autres secteurs.

2. Mobiliser suffisamment de ressources et en faire un emploi judicieux.

Le fonds central de prévoyance (CPF) de Singapour a joué un rôle déterminant dans le financement des infrastructures, du logement et d’autres investissements vitaux. Tous les salariés et employeurs du pays versent une cotisation mensuelle au fonds. Le gouvernement complète les contributions des bas revenus à travers un programme de travail et abonde les comptes épargne santé des seniors.

Au Ghana, les autorités ont elles aussi introduit un mécanisme novateur — le système national d’assurance malade (NHIS) — afin d’étendre la couverture de soins primaires et réduire les inégalités d’accès en exemptant les pauvres de cotisations. Le dispositif est financé par de faibles prélèvements sur les biens et le travail et par des primes. Le NHIS peut ainsi offrir des soins prénatals, postnatals et maternels, des vaccins et des programmes de formation à la santé et la nutrition, tous ces efforts contribuant à réduire les retards de croissance des enfants, en termes absolus et relatifs. Mais quand le niveau de financement est insuffisant, les dispensaires et les écoles risquent de manquer de personnel et être surchargés, et les fournisseurs de ne pas être payés. L’inadéquation des ressources financières peut aussi alimenter la corruption.

3. Recueillir des données probantes pour informer les décideurs et redresser le cap.

Ayant constaté que les populations vulnérables ne bénéficiaient pas du programme de cantines scolaires, le gouvernement du Ghana (a) en a redéfini les cibles. Cette initiative s’est inscrite dans le cadre d’une révision à grande échelle des filets sociaux, reposant sur les statistiques nationales de la pauvreté et une analyse de la sécurité alimentaire et de la vulnérabilité afin d’affiner le ciblage et de limiter les pertes.

Les Philippines ont introduit un système de données qui a non seulement permis de mieux cibler les bénéficiaires mais aussi de fournir des éléments en appui à d’autres programmes sociaux. Cela a également justifié le maintien du programme malgré l’alternance politique.

Singapour (a) collecte systématiquement des données sur les écoles et les instituts de formation, qui sont ensuite combinées aux données fournies par les entreprises sur les compétences recherchées actuellement et celles qui seront utiles dans cinq à dix ans. Ce recueil d’informations est facilité par le tissu d’organismes publics ou assimilés du pays, l’excellence de ses infrastructures numériques, des administrateurs férus de technologie et des enseignants expérimentés.

4. Adopter des stratégies multisectorielles coordonnées.

Au cours des 40 dernières années, les gouvernements successifs aux Philippines (a) ont privilégié les politiques transversales, promu des approches intégrées et encouragé la participation des différents prestataires de services. Bon nombre de ces mesures intègrent le fait, qu’outre les aspects sociaux, d’autres facteurs entrent en ligne de compte dans le développement du capital humain, comme la qualité de l’air et de l’eau et la fourniture de services d’assainissement. Ces efforts ont contribué au recul de la pauvreté, même s’il reste encore beaucoup à faire.

Le Maroc (a) a lui aussi déployé des dispositifs de protection sociale plurisectoriels en appui au progrès du capital humain. Des programmes complémentaires visent à rendre l’éducation universelle et réduire le décrochage scolaire, surtout en milieu rural et chez les filles, à travers la distribution de cartables et l’octroi de subventions pour le transport, l’alimentation et les fournitures scolaires dans certains niveaux du primaire et du secondaire. Il existe de plus des dispositifs pour les personnes handicapées, des centres de protection sociale et des centres de formation et d’éducation qui aident les filles et les femmes en situation socioéconomique difficile.

Singapour a intégré des objectifs sanitaires et éducatifs dans bon nombre des missions gouvernementales. La santé des citadins étant influencée par pratiquement tous les aspects de la vie urbaine (logement, adduction d’eau, qualité de l’air, gestion des déchets, circulation automobile…), le pays a fait de la santé de tous un axe de sa stratégie globale d’urbanisation. De même, la concertation entre agences gouvernementales a permis de suivre l’évolution du marché du travail et d’adapter en fonction les compétences imparties par le système scolaire.

5. Associer les responsables locaux à la mise en œuvre des politiques.

Aux Philippines, le déploiement réussi du programme de transferts monétaires sous conditions a exigé une coordination avec les bureaux régionaux et les acteurs locaux (soit plus de 13 000 personnes sur le terrain). Ce faisant, le programme a pu toucher les ménages ciblés dans ce vaste pays décentralisé qui compte des centaines d’îles habitées.

Les responsables communautaires au Ghana ont été associés aux décisions prises dans le cadre du programme de cantines scolaires, avec les restaurateurs et les agriculteurs locaux, afin de nourrir les élèves. Le suivi et l’évaluation ont été assurés par les directeurs d’école et les restaurateurs locaux.

Dans son Initiative nationale de développement humain, le Maroc a privilégié la coordination locale, instituant 700 comités régionaux, provinciaux et locaux pour suivre la mise en œuvre des programmes et sélectionner des projets de développement.

Alors que les gouvernements nationaux, le Groupe de la Banque mondiale et d’autres partenaires du développement continuent de protéger les populations et d’investir dans le capital humain, ces études de cas concourent à une compréhension en profondeur de la mise en pratique des meilleures stratégies nationales, des difficultés à surmonter et des prochaines étapes envisagées.


LIENS UTILES

Auteurs

Mamta Murthi

Vice-présidente de la Banque mondiale pour le Développement humain

Prenez part au débat

Joseph NIAKP
27 octobre 2020

Un enseignement a partager mais surtout a soumettre a dr nombreux gouvernants qui s'interessent peu a ce type d'investissement.
Merci pour cette publication !

Fortunée
27 octobre 2020

Toutes les stratégies mises en place par cette institution internationale, notamment la Banque mondiale vont dans le bon sens , et contribuent à l'amélioration durable des conditions de vie des populations qui ne veulent hélas rien attendre des autorités de leurs pays respectifs. Quelles sont les mesures que vous mettez en place, pour que les aides parviennent effectivement aux nécessiteux, sachant l'ampleur de la corruption et la violation des droits universels dans certains pays ? Certains pays dits pauvres disposent souvent des ressources minières et autres matières premières pouvant aider à sortir les populations vivant en dessous du seuil de la pauvreté, n'est-ce pas un paradoxe ?

Cheikh Abdoul Bahi Gueye
07 decembre 2020

Bonjour .
C est encore pire pour le Sénégal . Ici soigner un enfant n est pas une mince affaire .
Nous n investissons pas dans le capital humain .
Nous sommes prêts à monter un système où toutes les franges de la population y bénéficient .

Mohamed Mahmoud Ould Sidiba
14 decembre 2020

Ces expériences réussies dans ces quatre pays en matière de développement ou d'amélioration du capital humain, ont de quoi inspirer d'autres pays qui accusent encore de grands retards dans ce domaine. Puisque le capital humain est à la fois le moteur et le but du développement.