Accessibilité et inclusion : deux enjeux clés pour les personnes handicapées

|

Cette page en:

Cette page en : English | Español 
Milagros Ruiz, handicapée motrice résidant à Lima, est en mesure de se rendre au travail et de se déplacer de manière autonome, grâce à un système de transports en commun conçu pour être accessible à tous.
Milagros Ruiz, handicapée motrice résidant à Lima, est en mesure de se rendre au travail et de se déplacer de manière autonome, grâce à un système de transports en commun conçu pour être accessible à tous. Voir la vidéo (en espagnol sous-titrée en anglais)

Dans le monde, environ deux millions de personnes (soit 15 % de la population) vivent avec une forme de handicap. C’est ce que révèle le Rapport mondial sur le handicap de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Au-delà de leurs incapacités physiques, mentales ou sensorielles, les personnes avec un handicap sont confrontées à des obstacles à l'inclusion dans plusieurs aspects de la vie : elles ont généralement moins d'opportunités socioéconomiques, ont plus difficilement accès à l'éducation et sont plus exposées au risque de vivre dans la pauvreté. La stigmatisation et la discrimination peuvent représenter un frein majeur qui les empêchent de participer pleinement et de manière équitable au processus de décision.

Comment résoudre ce problème ?

L'accessibilité est un enjeu essentiel. La définition peut varier, mais fondamentalement l'accessibilité c'est à garantir à chaque individu, qu’il soit valide ou porteur d’un handicap, la possibilité de comprendre un espace, de s'y intégrer et d'interagir avec son contenu .

Au Pérou, par exemple, la population sensible à l'accessibilité inadaptée (notamment les personnes avec un handicap, les personnes âgées, les enfants de âgés de 0 à 5 ans, les femmes enceintes et les proches des personnes handicapées), s'élève à 33 %.  Malgré des progrès avérés, il reste encore beaucoup à faire.

La Journée nationale des personnes handicapées, qui a lieu le 6 octobre au Pérou, précède la Journée internationale célébrée le 3 décembre dans le monde entier. Afin de marquer cette date importante au Pérou, la Banque mondiale, avec le soutien de l’ONG péruvienne SODIS, a organisé une rencontre afin de dialoguer sur la situation des personnes handicapées au niveau national.

À cette occasion, José Taco, actuel directeur du bureau exécutif dédié à l'Accessibilité et au Développement technologique du ministère du Logement, de la Construction et de l'Assainissement, nous a parlé du Plan national d'accessibilité pour 2018-2023 qui a récemment été approuvé. Ce Plan définit des mesures et actions à mettre en œuvre afin que les infrastructures urbaines s’adaptent aux besoins des personnes handicapées et leur permettent d’accéder aux moyens de transport, ainsi qu’aux outils et services d’information et de communication, au même titre que tout autre citoyen.

Quels sont les engagements de la Banque mondiale à ce sujet ?

Un des principaux engagements du Groupe de la Banque mondiale est d'investir dans les populations afin de préparer les pays à l'économie du futur. Le développement du capital humain, c'est-à-dire, l'ensemble des aptitudes, connaissances et expériences cumulées des individus, doit inclure les personnes handicapées. 

Le défi reste malheureusement de taille, surtout dans les pays en développement, en raison du faible degré de sensibilisation et de l'inclusion limitée des personnes handicapées.  Il est crucial de disposer d'un système éducatif inclusif si l’on veut favoriser l'insertion professionnelle des personnes handicapées.  Un tel système éducatif doit tenir compte des besoins spécifiques des personnes en situation de handicap, et doit leur garantir les mêmes chances de recevoir une formation de qualité qu’aux étudiants valides.
 
Comment contribuer à une meilleure inclusion des personnes handicapées ?

Les recommandations suivantes ont été émises lors de la rencontre :
  • Impliquer les personnes handicapées et la société civile dans toutes les phases de prise de décisions politiques, et la mise en œuvre de projets et de programmes. La participation et la consultation de tous les usagers, y compris ceux qui souffrent de différentes formes de handicap, est indispensable, car ils sont mieux placés que quiconque pour identifier les failles des infrastructures et ainsi contribuer à les supprimer.
  • Créer des instruments centrés sur l'amélioration de l'accessibilité dans l'environnement urbain. Pour créer des villes inclusives il faut des cadres juridiques et des normes efficaces qui rendent l'accessibilité possible dans tous les aspects de la vie quotidienne.
  • Encourager une approche transversale parmi les différents ministères de sorte que leurs politiques soutiennent conjointement les besoins des personnes handicapées.
  • Renforcer la fiscalisation pour exécuter les instruments actuellement en vigueur. Les autorités doivent garantir l'application de ces instruments et s’assurer que le pays ne continue pas à investir dans des projets qui ne sont pas accessibles à tous les citoyens.
  • Sensibiliser et habiliter les fonctionnaires publics chargés de la mise en œuvre de ces instruments et les citoyens en général. Une plus grande sensibilisation sociale aux défis de l’accessibilité permettra de comprendre que ce problème ne concerne pas uniquement les personnes handicapées, et qu’une attitude solidaire participe le libre accès des citoyens à tous les services et opportunités qu'offre notre société et à l'exercice des droits en tant que citoyen.
  • Favoriser l'accessibilité : l'accessibilité offre aux citoyens, qu’ils soient handicapés ou valides, de meilleures de pouvoir pleinement jouir de leurs droits.

« La création d’un monde viable à long terme dans lequel il n’y a pas d’exclus exige un engagement sans faille de la part de tous, handicapés ou non. »

Ban Ki-moon, 8e secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies (2015)

 

Auteurs

Prenez part au débat

Dembele Mohamed chogé
21 janvier 2019

Alors j'invite mes frères Africains à accorder d'avantages l'importance sur l'accessibilité et l'inclusion des Handicapés qui sont malheureusement très marginalisé dans nos sociétés même par fois par des entreprises étrangères sur le sol africains ...Stop Il est temps !!!