Limiter les rejets de gaz torchés pour renforcer la sécurité énergétique et réduire les émissions de méthane

|

Cette page en:

Image
Torchage du gaz au Nigéria.
Torchage du gaz au Nigéria. Photo : Ed Kashi/Banque mondiale

Les tensions géopolitiques et la guerre en Ukraine ont bouleversé le paysage énergétique mondial. De nombreux pays ont dû prendre des décisions difficiles pour garantir la sécurité de leur approvisionnement énergétique tout en accélérant le recours aux énergies renouvelables. Il existe néanmoins une solution simple pour renforcer la sécurité énergétique tout en réduisant considérablement les émissions de gaz à effet de serre et en élargissant l'accès à l'énergie dans les pays en développement : il s'agit d'utiliser le gaz aujourd'hui brûlé à la torche et rejeté dans l'atmosphère, ce que l'on appelle aussi les « gaz associés ». 

L'année dernière, le volume des gaz issus des torchères du monde entier — environ 144 milliards de m3 — était supérieur aux importations de gaz russe des 27 États membres de l'Union européenne. À lui seul, le torchage du gaz émet plus de 400 millions de tonnes d'équivalent CO2, dont environ 10 % sous forme de méthane.

Ceci s'ajoute au méthane libéré inutilement par les rejets du gaz ou aux émissions fugitives de méthane, souvent évitables, associées à la production pétrolière. Le torchage peut également avoir des conséquences préjudiciables à la santé des populations locales. 

Selon les estimations du Partenariat mondial pour la réduction des gaz torchés (GGFR) (a), une initiative de la Banque mondiale, les rejets mondiaux ont diminué d'environ 20 % par rapport au pic de 175 milliards de m3 atteint en 2003. Pourtant, certains pays continuent de pratiquer le torchage et de rejeter de grandes quantités de gaz qui, si elles étaient utilisées, pourraient contribuer à améliorer l'accès à l'énergie dans certains des pays les plus pauvres du monde  tout en renforçant la sécurité énergétique. Par exemple, si tout le gaz actuellement brûlé à la torche dans le monde était capturé et utilisé, il suffirait à produire environ 1 800 térawattheures d'énergie, soit à peu près la capacité actuelle de production d'électricité de l'Afrique subsaharienne.

Source : Gütschow, J.; Günther, A.; Pflüger, M. (2021): The PRIMAP-hist national historical emissions time series (1750-2019). v2.3.1. zenodo. https://doi.org/10.5281/zenodo.5494497

Conçu pour accélérer la réduction du torchage, le nouveau rapport du GGFR sur les réglementations mondiales en la matière (a) analyse l'évolution des politiques régissant cette pratique dans 21 pays producteurs de pétrole (a). Les méthodes couronnées de succès pour réduire le torchage et les rejets peuvent servir de guide et d'exemple aux autres pays producteurs de pétrole. Trois conclusions essentielles ressortent du rapport. 

Premièrement, la diminution du torchage et des émissions de gaz associés a été lente à l'échelle mondiale. Cependant, certains pays y sont parvenus et peuvent fournir des exemples de réglementation et de politique efficaces  aux pays qui sont en retard dans ce domaine.

Ainsi, au cours de la dernière décennie, dix pays ont réussi à réduire l'intensité de torchage (le volume de gaz brûlé par baril de pétrole produit). 
 

Pays

Réduction de l'intensité de torchage, 2012-2021

Kazakhstan

-67 %

Brésil

-60 %

Colombie

-57 %

Norvège

-55 %

États-Unis (offshore et terrestre)   

-46 %

Canada

-40 %

Indonésie

-38 %

Royaume-Uni

-28 %

Angola

-12 %

Égypte

-11 %

Deuxièmement, des incitations financières et non financières combinées à des mesures strictes de suivi et de respect de la réglementation sont indispensables à la réduction du torchage du gaz. Dans plusieurs pays, des sanctions sévères ont contribué à rendre plus attrayantes les alternatives à cette pratique. 

Au Kazakhstan (a) par exemple, l'application rigoureuse des réglementations, associée à un marché intérieur du gaz qui incite à la récupération des gaz brûlés, a conduit à la plus importante réduction globale du torchage de tous les pays au cours des dix dernières années. En valeur absolue, le volume est passé de 4 milliards de m3 en 2012 à 1,5 milliard en 2021. 

En Colombie (a), ce volume a également diminué, passant de 1 milliard de m3 en 2012 à 0,3 milliard en 2021 grâce à la valorisation du gaz local et à des réglementations strictes qui interdisent et pénalisent tout brûlage ou rejet de gaz. En outre, la Colombie est l'un des premiers pays à avoir adopté une réglementation spécifique aux émissions fugitives de méthane. 

Lorsqu'elles sont appliquées et recouvrées efficacement, les taxes sur le carbone, les redevances ou les droits à payer sur le torchage du gaz peuvent considérablement abaisser le niveau d'émissions.  Les incitations fiscales et les pénalités sont essentielles pour réduire le torchage et les émissions de méthane, favorisant ainsi l'accès à l'énergie et le développement économique dans de nombreux pays.

Troisièmement, si les pratiques actuelles de torchage sont bien réglementées et utilisées de manière productive, cela contribuera à la transition énergétique en réduisant les émissions, en diminuant le nombre de nouveaux développements de champs gaziers  qui pourraient devenir à terme des actifs à l'abandon et en fournissant un meilleur accès à l'énergie pour les populations locales. 

L'arrêt de du rejet des gaz associés est une priorité majeure pour réduire les émissions.  Comme le souligne notre Plan d'action sur le changement climatique, nous aidons les pays en développement à mettre en œuvre des initiatives, des politiques et des solutions qui diminuent l'intensité des émissions de carbone , ce qui comprend notamment les efforts visant à mettre fin au torchage et au rejet systématique du gaz dans l'atmosphère, à réduire les émissions fugitives de méthane et à accélérer la transition vers des sources d'énergie plus propres. 

Prenez part au débat

Colette KABORE
30 novembre 2022

Le redimensionnement de la stratégie de la Banque Mondiale à l'horion 2025 est pertinent si le taux d'affectation des ressources atteint effectivement 35% des financements. Par ailleurs l'option de considérer au delà de l'aspect écologique les impacts et de prêter une attention au secteur privé, aux communautés ciblées généralement vulnérables aura aura des résultats perceptibles et durables si les questions de fragilités et d'inclusion sont prises en compte. Le volet adaptation pourrait retenir plus d'attention puisqu'il constitue l'élément fondamentale des communautés vulnérables.