Pourquoi l’explosion récente de la dette est préoccupante, en quatre graphiques

|

Cette page en:

La dette dans les économies émergentes et en développement a grimpé à des niveaux record depuis 2010.  Les risques induits par un fort endettement sont actuellement en partie atténués par le faible niveau des taux d'intérêt, sachant que cette tendance devrait se poursuivre à moyen terme selon les anticipations des marchés. Les marchés émergents et les pays en développement sont toutefois confrontés à une conjoncture marquée par de faibles perspectives de croissance, des vulnérabilités grandissantes et des risques mondiaux importants. Ils disposent cependant d’un certain nombre de possibilités d’action pour empêcher que l’actuelle vague d'endettement débouche sur une crise et, le cas échéant, atténuer ses effets.

1. La dette a atteint un niveau record

À l’échelle mondiale, le poids de la dette par rapport au PIB a atteint un pic historique de près de 230 % en 2018 . Dans les économies émergentes et en développement, plus particulièrement, le ratio dette/PIB a bondi de 54 points de pourcentage pour atteindre un niveau sans précédent de 170 % environ en 2018.


Dette dans les EMDE

Dette dans les EMDE
Source : Fonds monétaire international et Banque mondiale.
Note : Les lignes en pointillés se rapportent aux marchés émergents et économies en développement (EMDE), à l’exclusion de la Chine. Les valeurs globales sont calculées sur la base de pondérations du PIB en dollars courants et exprimées en moyenne mobile sur trois ans. Les lignes verticales représentent le début des vagues d’endettement successives (1970, 1990, 2002 et 2010).

2. L’accumulation de dette après la crise a connu une accélération sans précédent

On recense quatre épisodes de gonflement de la dette depuis cinquante ans  : 1970-89, 1990-2001, 2002-09 et depuis 2010. La dernière vague d’endettement est sans précédent par son ampleur, sa rapidité et son caractère généralisé.


Variation moyenne annuelle de la dette

Variation moyenne annuelle de la dette
Source : Fonds monétaire international et Banque mondiale.
Note : La variation moyenne annuelle de la dette correspond à la hausse totale des ratios dette/PIB sur toute la durée d’une vague, divisée par le nombre d’années par vague
.

3. Une accumulation simultanée de la dette publique et privée

Les hausses rapides de l’endettement ne sont pas exceptionnelles dans les économies émergentes et en développement. Ces processus d’accumulation, qui concernaient auparavant davantage le secteur public, se sont déplacés vers le secteur privé entre 1970 et 2009. Depuis 2010, cependant, le gonflement de la dette touche aussi bien les États que le secteur privé.


Épisodes de gonflement rapide de la dette dans les EMDE

Épisodes de gonflement rapide de la dette dans les EMDE
Source : Fonds monétaire international et Banque mondiale.
Note : Le graphique se rapporte aux marchés émergents et économies en développement (EMDE) qui connaissent des épisodes d’accumulation rapide de la dette. Ces épisodes correspondent aux périodes durant lesquelles la variation du ratio dette/PIB entre son niveau le plus bas et son niveau le plus élevé est supérieure à un écart-type
.

4. Les phases de hausse rapide de la dette se sont généralement accompagnées de crises financières

Environ la moitié des épisodes de gonflement rapide de la dette dans les économies émergentes et en développement ont coïncidé avec des crises financières . Le cas échéant, ils se caractérisent par des niveaux plus faibles de production, de consommation et d’investissement.


Proportion d’épisodes nationaux d'accumulation de la dette associés à des crises financières

Proportion d’épisodes nationaux d'accumulation de la dette associés à des crises financières
Source : Fonds monétaire international, Laeven et Valencia (2018) et Banque mondiale.
Note : Les informations sur les périodes de crise financière proviennent de Laeven et Valencia (2018) et comprennent les crises monétaires, les crises de la dette souveraine et les crises bancaires systémiques. La période d’observation porte sur les années 1970 à 2018.

Auteurs

Peter Nagle

Économiste, Groupe des perspectives de développement

Abdou karim ndao
28 février 2020

Une Institution de votre envergure serait capable de controler la dette des pays africains,avant la dette et durant son emploi au lieu d'attendre la fin de toutes les operations pour apprecier.

28 février 2020

Merci Abdou Karim Ndao pour votre commentaire.

Le financement de la dette est essentiel pour le développement et la lutte contre la pauvreté mais, vous avez raison, des niveaux d'endettement insoutenables nuisent à la croissance et aux pauvres.

La dette peut être utile si elle est bien gérée et utilisée dans le cadre d'une politique de croissance basée sur des analyses prospectives crédibles. Dans le même temps, une dette publique élevée peut freiner l'investissement privé, augmenter la pression fiscale, réduire les dépenses sociales et limiter la capacité des gouvernements à mettre en œuvre des réformes.

Parce que notre objectif est d'aider les pays à se développer et à prospérer sur le long terme, à la Banque mondiale nous travaillons d'arrache-pied afin d'encourager la transparence et la soutenabilité de la dette. Pour en savoir plus: https://www.banquemondiale.org/fr/topic/debt/overview