Égalité des sexes et capital humain : cinq choses à savoir sur un chantier en cours

|

Cette page en:

Lancé en octobre 2018 par le Groupe de la Banque mondiale, l’indice de capital humain (a) est un instrument de mesure simple et percutant pour évaluer la productivité future d’un enfant né aujourd’hui par rapport au niveau qu’il pourrait atteindre s’il recevait une éducation complète et était en parfaite santé. Il repose sur trois composantes essentielles : l’éducation, la santé et les chances de survie des enfants de moins de cinq ans et à l’âge adulte. L’indice fournit des données ventilées par sexe, ce qui témoigne de l’importance prioritaire accordée à l’égalité hommes-femmes, et plus spécifiquement du souci d’investir équitablement dans le capital humain des garçons et des filles.

À l’occasion de la Journée internationale de l'alphabétisation, nous nous penchons sur la situation des femmes et des filles à la lumière des informations disponibles sur le portail de données de la Banque mondiale sur le genre et la parité des sexes (a). Genre et capital humain : voici les cinq faits marquants à retenir.

  1. Au niveau régional, les écarts de niveau de capital humain entre filles et garçons se sont beaucoup réduits.

En se basant sur les 126 pays pour lesquels on dispose de données ventilées par sexe, on observe que l’indice de capital humain est légèrement supérieur chez les filles dans la totalité des régions du monde et des catégories de revenu. Comme le montre la figure ci-dessus, la distance qui sépare un pays du niveau de référence (1) est bien plus grande que les écarts entre filles et garçons.

Les données désagrégées entre les différentes composantes de l’indice font apparaître une situation similaire en ce qui concerne les taux de retard de croissance et de survie des enfants et à l’âge adulte. Le tableau est en revanche plus complexe en matière d’éducation.

  1. Dans le domaine de l'éducation, on observe des disparités persistantes au détriment des filles, mais aussi une dégradation de la situation des garçons dans certaines régions.

Malgré les larges avancées obtenues dans la scolarisation des filles à l'échelle mondiale, la composante de l’indice de capital humain portant sur l'éducation révèle que dans les pays à faible revenu, ainsi qu’en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, le nombre d’années de scolarité escomptées chez les garçons est plus élevé que chez les filles. Plus précisément, il est supérieur d’au moins un écart-type dans 10 pays à faible revenu sur 24. Les résultats aux tests harmonisés montrent en outre que dans ces pays les filles ont un niveau d’acquis scolaires légèrement inférieur à celui des garçons. On ne retrouve pas la même tendance dans les pays à revenu intermédiaire et élevé, où les filles réussissent aussi bien que les garçons en mathématiques.

Par ailleurs, comme le souligne un rapport (a) de l’UNESCO, on assiste dans certaines régions à l'émergence d’une tendance inverse, avec des résultats scolaires plus faibles chez les garçons que chez les filles. Cette tendance, déjà à l’œuvre en Amérique latine-Caraïbes, se profile aussi en Asie de l’Est et en Asie du Sud.

  1. Chez les adultes, les écarts entre les taux d'alphabétisation des hommes et des femmes restent très élevés dans certaines régions.

En raison des investissements considérables consentis dans l'éducation ces dernières années, les caractéristiques des taux d'alphabétisation chez les adultes se distinguent sensiblement de la situation observée chez les jeunes. Chez ces derniers, on a assisté dans toutes les régions du monde à une baisse des écarts d’alphabétisation entre les sexes depuis 1985. Si, au Moyen-Orient et Afrique du Nord, en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, on constate la persistance de disparités entre hommes et femmes chez les jeunes, ces écarts sont nettement inférieurs au chemin que doivent encore parcourir ces régions pour atteindre l'alphabétisation universelle.

Toutefois, dans la population adulte, les femmes sont fortement défavorisées par rapport aux hommes. Il est donc indispensable d’entreprendre de vastes campagnes pour alphabétiser les adultes d'aujourd’hui.

  1. On ne peut améliorer que ce que l'on mesure.

Il convient cependant de traiter l’ensemble de ces observations avec prudence. En effet, en raison du manque de données disponibles, il n’est pas possible de dresser un état des lieux précis des disparités de capital humain entre les sexes dans la plupart des régions. Pas moins de 20 % des pays inclus dans le classement 2018 de l’indice de capital humain manquent de données ventilées par sexe. Ils se situent essentiellement en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et en Asie de l’Est-Pacifique.

En cause principalement, l’absence de statistiques désagrégées sur le nombre d’années de scolarité escomptées et sur les résultats aux tests d’évaluation des acquis. Un nombre encore plus élevé de pays manquent de données ventilées par sexe pour les taux de retard de croissance. Mais parce que l’indice peut être établi en se basant sur les taux de survie à l’âge adulte uniquement (à défaut des taux de retard de croissance), ces lacunes ne se répercutent pas sur les valeurs globales de l’indice pour chacun des deux sexes. Il est important d’accroître la quantité de données ventilées par sexe pour permettre à plus de pays de mettre en évidence l’ampleur des écarts entre hommes et femmes, de mettre en place les politiques adaptées et de veiller à ne laisser personne sur le bord du chemin.

  1. Il faut exploiter le potentiel de capital humain pour qu'il se transforme en gains de productivité et en croissance partagée.

Même en améliorant le capital humain des filles, ce potentiel risque de rester inexploité si ces gains ne sont pas transformés en opportunités économiques. À l’échelle mondiale, il existe un écart de 27 points de pourcentage entre les taux d'activité des femmes et des hommes. Selon un rapport récent de l’Organisation internationale du travail, les écarts de rémunération entre les sexes continuent d’avoisiner les 20 %, sachant que ces disparités ne s’expliquent pas en grande partie par des différences dans le niveau d’instruction. De nombreux facteurs sont à l’origine de ce fossé : la ségrégation professionnelle entre les sexes, l’existence de normes sociales défavorables aux femmes en ce qui concerne leur rôle dans le foyer et leur place sur le marché du travail, l’absence de services de garde pour les enfants et de systèmes de congés adaptés (pour les pères comme pour les mères), le harcèlement sexuel et les problèmes de sécurité dans les transports, les contraintes qui entravent l’accès des femmes aux financements et aux marchés ou encore les barrières juridiques ou réglementaires auxquelles elles se heurtent pour créer ou développer une entreprise. Comme le montre ce billet (a), les femmes sont encore confrontées à des obstacles qui les empêchent d’accéder aux bonnes formations et à des emplois plus productifs.

Si l’on ne remédie pas à ces difficultés et si l’on ne donne pas aux femmes les mêmes opportunités que celles offertes aux hommes sur le marché du travail, les progrès accomplis sur le plan du capital humain ne produiront que des effets limités sur la croissance économique et l’amélioration du bien-être. En outre, si les ménages ont le sentiment que la scolarité n’offre qu’un faible rendement sur le marché du travail, ils seront tentés de ne pas envoyer leurs filles à l’école, ce qui risque de freiner les progrès futurs dans ce domaine. D’où l’importance pour les responsables publics et la communauté du développement de donner une nouvelle impulsion à l'égalité des sexes et de faire tomber les barrières qui freinent les femmes.

Prenez part au débat