Croissance économique pourrait rimer avec protection de la planète

|

Cette page en:

On entend souvent dire que la croissance économique est en train de tuer notre planète.  De fait, de multiples recherches menées depuis des décennies le confirment. Il y a un demi-siècle, le Club de Rome publiait son célèbre rapport, Les limites à la croissance, qui affirmait qu'en l'absence de changements importants dans les modes de consommation, la dégradation de l'environnement et l'épuisement des ressources naturelles conduiraient à un déclin catastrophique des populations et des niveaux de vie.

Depuis, la population mondiale a plus que doublé et la planète compte aujourd'hui huit milliards d'habitants. Les revenus, et par conséquent la consommation également, ont augmenté partout dans le monde. Cette croissance a eu pour conséquence malheureuse un recul de presque tous les indicateurs environnementaux.

Rien que depuis l'an 2000, le monde a perdu plus de 10 % de son couvert forestier, soit une superficie équivalente à la moitié de celle des États-Unis. La qualité de l'eau baisse dans les pays riches comme dans les pays pauvres (a), ce qui menace la croissance et nuit à la santé publique. Actuellement, la pollution atmosphérique réduit la durée de vie moyenne de 2,2 ans (a) et fait chaque année plus de victimes que l'ensemble des guerres et des diverses formes de violence. Enfin, 40 % des terres sont aujourd'hui considérées comme dégradées, ce qui aggrave la crise climatique, réduit la biodiversité et menace la sécurité alimentaire. 

Face au déclin de ces composantes vitales du capital naturel, une question cruciale s’impose à nous : pouvons-nous mieux faire ? Pouvons-nous utiliser notre capital naturel de manière plus efficace et permettre aux populations de mener une vie meilleure tout en protégeant notre planète de la destruction ?

« Pouvons-nous utiliser notre capital naturel de manière plus efficace et permettre aux populations de mener une vie meilleure tout en protégeant notre planète de la destruction ? »

Presque aucun pays n’exploite efficacement son capital naturel

Pour répondre à ces questions, la Banque mondiale s'est associée à Natural Capital Project (a), une équipe de scientifiques, économistes, ingénieurs en informatique et professionnels de terrain. Ce partenariat a favorisé la mise au point de modèles agricoles, écologiques et économiques qui peuvent nous aider à faire le meilleur usage possible de la terre, de l'eau et de l'air. Ils reposent sur de formidables quantités d’informations (plus de huit milliards de données) concernant les forêts et la végétation, la production agricole, les ressources en eau, le climat et la pollution atmosphérique. Les résultats de leur analyse sont détaillés dans un nouveau rapport intitulé en anglais Nature's Frontiers, Achieving Sustainability, Efficiency, and Prosperity with Natural Capital.

Cette modélisation indique que presque aucun pays dans le monde n'exploite efficacement son capital naturel.  Les cultures ne sont pas adaptées aux conditions climatiques et géographiques locales, tandis que des terres plus propices à l'agriculture sont utilisées pour l’élevage ; de vastes étendues sont déboisées sans replantation, ce qui limite les revenus forestiers futurs et détruit des puits de carbone et des habitats naturels d'une importance capitale. Ces pratiques sont à l'origine d'importants manques d'efficacité.

Cette mauvaise utilisation du capital naturel peut être attribuée à de nombreux facteurs, notamment le recours à des subventions agricoles peu judicieuses, la précarité des droits de propriété et le non-respect des zones protégées. Cependant, la raison principale est autre : la valeur du capital naturel est généralement sous-évaluée, voire impensée, ce qui fausse les incitations. En conséquence, le capital naturel est gaspillé, utilisé de manière non durable et rarement alloué de manière à maximiser les bénéfices qu'il pourrait rapporter.

Réduire les manques d'efficacité pourrait nous aider à relever les défis les plus urgents

Il y a cependant des nouvelles encourageantes. Corriger ces insuffisances et combler les déficits d'efficacité pourrait contribuer à relever certains des défis les plus critiques dans le monde. La quasi-totalité des 146 pays que nous avons étudiés présente d'importantes lacunes en matière d'efficacité. Donc, ils pourraient tous bénéficier d'une utilisation plus efficace de leur capital naturel. Et, lorsque les données de tous ces pays sont consolidées, les résultats sont stupéfiants.

« La quasi-totalité des 146 pays que nous avons étudiés présente d'importantes lacunes en matière d'efficacité. »

Nous avons ainsi constaté que les pays pourraient exploiter efficacement leur capital naturel grâce à différentes combinaisons de modes de gestion des sols et du couvert végétal.  La figure ci-dessous représente la « frontière d’efficience », c’est-à-dire des niveaux optimaux de production économique et de séquestration du carbone, et montre où nous en sommes aujourd'hui. Actuellement, le monde retire environ 401 milliards de dollars par an de ses terres.  Si tous les pays réduisaient leur déficit d'efficacité de production tout en maintenant le niveau actuel de stockage du carbone, ils pourraient presque doubler ce chiffre pour atteindre 730 milliards de dollars par an et parvenir à la frontière d'efficience. Ce résultat pourrait être obtenu sans impact sur l'environnement, comme des rejets de carbone ou de méthane, ou des pertes de biodiversité. Plus impressionnant encore, si l'on considère ce chiffre en termes de calories produites par l'agriculture plutôt qu'en termes financiers, cela représenterait plus que les calories nécessaires pour nourrir le monde jusqu'en 2050, date à laquelle les Nations Unies prévoient que la population mondiale atteindra 10 milliards de personnes.   

Réduire les déficits d'efficacité pourrait nous aider à relever les défis les plus urgents

De même, si tous les pays parvenaient à combler les déficits d'efficacité en maintenant leur production, mais en séquestrant davantage de carbone, ils atteindraient la frontière et le monde pourrait stocker 78 milliards de tonnes de carbone supplémentaires dans la nature. Cela équivaut à près de deux ans d'émissions mondiales et donnerait le temps nécessaire à la décarbonation de la planète. Et encore une fois, ce résultat pourrait être obtenu sans nuire à la croissance économique ni à la production alimentaire. Il suffit pour cela de réduire les déficits d'efficacité et d'utiliser notre capital naturel au maximum de son potentiel pour en tirer des bénéfices.

Il ne sera pas facile d'atteindre ces objectifs ambitieux et nous n'avons pas de baguette magique pour rendre instantanément nos paysages plus efficaces. Nous devons donc mobiliser les gouvernements, les entreprises et les populations pour initier ces changements, ce qui ne sera possible qu'en mettant en œuvre les politiques et les incitations appropriées. La nature et le contenu de ces politiques dépendront du pays et de sa situation. La prochaine étape du projet consistera à travailler avec les équipes-pays de la Banque mondiale et avec ses clients pour réaliser ces objectifs, et nous aurons besoin de tout votre soutien pour y parvenir.

Lire le communiqué de presse : Comment exploiter au mieux les ressources naturelles et rendre notre planète plus vivable

Télécharger le rapport : Nature’s Frontiers, Achieving Sustainability, Efficiency, and Prosperity with Natural Capital

Auteurs

Richard Damania

Économiste en chef pour le développement durable, Banque mondiale

Jason Russ

Senior Economist, World Bank

Prenez part au débat

Soumaïla OUEDRAOGO
11 septembre 2023

C'est avec un grand intérêt que j'ai parcouru votre article et je suis d'avis que la dégradation des ressources environnementales est alarmante au regards de l'analyse et des revues d'experts au niveau international. La problématique est plus accrue au niveau local et le cas de ma zone d'étude est assez illustrative. L’évaluation monétaire des pertes de rendements en lien avec la dégradation des terres est de 17 914 113 306 FCFA avec une superficie de 166 973 hectares et une perte de 162 631 314 kilogrammes de céréales. La mise à l’échelle du coût économique de la dégradation des terres au budget régional est de 191,1% des recettes mobilisées et de 146,8% du budget prévisionnel du Plan Régional de Développement (2018-2022) et 0,2 du Produit Intérieur Brut national. L'article est publié en février 2023 dans la revue scientifique ACAREF sous le titre : Dégradation des terres et les implications socioéconomiques dans la Région Nord du Burkina Faso.

Ibrahima Traoré
03 septembre 2023

Je suis doctorant en sciences de gestion et mon projet de sujet de thèse porte sur la mesure de la contribution des entreprises minières au développement durable dans les communautés locales.
La République de Guinée est réputée riche en ressources minières exploiter par une vingtaine de compagnies minières causant la dégradation du sol, de la biodiversité et de l'environnement physique. Par ailleurs, les entreprises minières mettent en place des politiques des responsabilités sociétales pour atténuer ces impacts et contribuer au développement durable dans les communautés minières.
Cette évaluation de la contribution des entreprises minières avec la méthodologie top down et bottomp up en utilisant l'approche AHP, permettra de faire une mesure multi-acteur et multi-critère de l'impact social, économique et environnemental des entreprises minières dans les communautés locales.
Nous comptons construire un outil de mesure de la contribution des politiques au développement durable dans une communauté.

ANDRIAMANANTIANA Iarinivo Jessica
03 septembre 2023

Bonjour, j'aimerais savoir comment obtenir l'équation de la courbe gauche?Merci

Chrysostome
03 septembre 2023

j'admire les informations et les données que je reçois souvent de la banque mondiale

MURHABAZI SAFARI Justin
03 septembre 2023

Nous saluons ces informations reçu et nous suggérons cequi suis :
1. Nous devons accentuer l'accès à l'information et éducation à un jeune de l'Afrique. On retient bien que c'est cette personne qu'on doit plus édifier sur l'environnement et ces conséquences, savoir comment le préservé et ce la, en ayant accès à l'information nécessaire. Une fois informé il prendra conscience et Saura les risques sur lui et sa progéniture s'il utilisait mal l'environnement.
2. Nous devons soutenir les pays africains et voir comment diminuer sur l'exploitation des ressources naturelles, payer et encourager toute personne qui garde sa forêt ou son boisement Vierge ; multiplier les sensibilisations sur la protection de l'environnement.
3. Tout le monde doit savoir que c'est de son devoir de protéger l'environnement car lui ou son petit fils peut être victime de catastrophes et autres lié à la mauvaise manipulation de l'environnement.